Un parfum de l’Eau de Là! ( Épilogue)

Voilà j’espère que vous ne serez pas déçu, c’est terminé…Une fois que vous m’aurez dit votre ressentiment sur le texte. Dîtes-moi si je peux me lancer auprès d’un éditeur, sachant que bien entendu je vais tout regarder à nouveau, les répétitions, la ponctuation, le style, etc ….

Merci déjà de m’avoir suivis au cours de ces semaines et à bientôt pour une nouvelle histoire, sachant que j’ai la tête vide..Rire, vous attendrez donc un peu…..

 

Enfin nous allions savoir ce  que contenait le testament de Bonne Maman, depuis que Papa était revenu d’un lieu qui à ce jour restait flou. Suite à un coup reçu sur la tête, il s’était retrouvé enfermé dans un hôpital où, souffrant d’amnésie, il avait eu du mal à remonter la pente. Et, c’est en lisant le journal que le nom du Laboratoire lui avait permis de retrouver cette mémoire qui lui  faisait défaut.

Il avait accusé son neveu d’être l’instigateur de son  départ de la vie de sa femme et de ses enfants. Ce dernier avait accepté les remontrances, et à ce jour, il n’était pas réapparu au laboratoire. Par contre, il fallait qu’à l’ouverture du testament il soit présent, sinon on repartait pour qu’il ne soit pas ouvert.

En ce samedi matin, la famille Delmas au grand complet est là. Fabien est venu, il a sa tête des mauvais jours, il faut dire que ses cousines se sont payé sa tête et là il est en colère, mais compte tenu de ce qu’il leur a fait, il s’est incliné.

Nous sommes tous réunis dans la grande Maison de Bonne Maman, cela nous rappelle les beaux jours, mais maintenant nous allons pouvoir en savourer toutes les retombées bénéfiques. C’est dans un joyeux brouhaha que nous prenons plaisir à nous retrouver, rien qu’en ouvrant les volets on sentait revivre le passé. L’enfant prodigue était de retour, peu savaient la raison d’une si grande absence, mais chacun respectait le silence de l’oncle François.

Une fois le clerc de notaire arrivé, nous allions pouvoir procéder à l’ouverture du testament de Bonne Maman qui nous avait réservé des surprises. Non seulement elle nous léguait la grande Maison et toutes les terres qui l’entouraient, mais chacun des petits enfants, sans oublier ses enfants, touchait une somme considérable, le fruit de toute une vie. A cela elle avait ajouté une lettre écrite de sa main à chacun des petits enfants, sur laquelle elle nous redisait les valeurs de la famille et elle nous demandait de toujours honorer la mémoire de ceux qui nous avaient précédés et de ne jamais oublier que le nom des Delmas ne devait jamais être entaché par de sombres règlements familiaux.

Papa, à ce moment-là, avait regardé leur cousin…qui avait baissé la tête, fort gêné.

Puis ils avaient tous été invités à se rappeler de l’endroit où ils aimaient retrouver leur Bonne Maman et dans ce lieu privilégié pour chacun d’entre eux, elle leur avait laissé, mais caché, un cadeau personnalisé. En ce qui concernait les enfants nés après son décès, comme Louis, il aurait un cadeau remis par le clerc.

Aussi, c’est une envolée de moineaux qui s’est précipitée dans le domaine familial. Chacun a eu le temps de chercher et de retrouver le cadeau que notre Grand-Mère lui destinait.

Si France, nos cousines et Victoria avaient des bijoux ainsi que Bertrand qui avait trouvé la chevalière en or de notre Bon Papa, notre cousin Fabien avait, quant à lui, les vieilles éprouvettes du Patriarche. Cela nous a semblé comme un clin d’œil et une ironie de l’au-delà que Bonne Maman lui adressait. Mais il est parti sans les emporter car son frère Bertrand et sa jeune sœur s’étaient payé sa tête, et c’est le bruit des éprouvettes qui tombaient sur le sol qui avait alerté les autres membres de la Famille.

La porte s’est refermée avec fracas et depuis nous n’avons plus jamais eu de nouvelles de notre grand cousin comme nous l’appelions autrefois.

 

 

FIN

Commentaires

  1. Et bien pour ma part tu as tous les atouts d’un bon écrivain et si tu veux te lancer et bien cil serait dommage de ne pas essayer .
    En tout cas je me suis régalée et chose importante, je me suis prise au jeu et j’attendais toujours la suite et en général quand un livre ne me plait pas je ne continue pas.
    C’était super et merci de ce partage formidable
    Bisous

    1. Merci de tes mots qui m’encouragent à continuer.
      Mais il est vrai que je prend autant de plaisirs à écrire qu’à lire des livres.
      Je pense que je ne peux m’arrêter ainsi.

      Si ça t’intéresse sur ce blog il y en a d’autres histoires. Mais bien entendu tu dois aller au début pour les lire dans l’ordre.

      Busous et belle journée

  2. Tout est bien qui finit bien mais j’aurais aimé que tu en dises un peu plus sur la disparition si longue du papa. Et qu’en est-il du nouveau parfum ?
    En tout cas, c’était une jolie histoire.
    Bisous et bon week-end.

    1. J’ai écrit ce qui est arrivé au Papa, mais on m’a conseillé d’attendre que j’ai un éditeur pour mettre la vraie fin. Mais de cette manière vous avez l’essentiel du roman.

      Merci de m’avoir suivie et busous

  3. M^me si par la force des choses de la vie j’ai loupé certains épisodes, je trouve que tu devrait au moins essayer de le publier ou voir en écrire encore a cette fin. Toutefois il faut t’armer de courage car les maisons d’éditions ne réponde pas toujours favorablement. Auras tu le courage nécessaire à ce parcours du combatant qu’est de proposer ton manuscrit et se le voir refuser souvent?, c’est une grosse question a te poser. Mais, si tu n’essaie pas, tu ne sauras jamais. Alors lance toi. Bisessssssssss Je te souhaite et courage et surtout bonne chance.

  4. Je t’ai lu avec grand intérêt, EvaJoe, et je crois que oui, tu peux te lancer. tu aimes écrire, et c’est aussi agréable de te lire ! Tu as tout ce qu’il faut pour ce faire.
    Bonne soirée à toi et encore une fois MERCI !
    Gros bisous♥

  5. J’ai suivi avec beaucoup d’intérêt cette histoire , le suspens est bien présent et l’idée plaisante . Comme tu le dis il y a quelques répétitions à faire disparaître mais je pense que tu peux le proposer .
    Bonne soirée et bon week end
    Bises

  6. Bonjour Evajoe,

    Tous les ingrédients du succès sont là. Bien sûr, comme Clara et Flipperine, je pense que tu peux étoffer, développer certains points. Il est normal que tu en aies gardé sous le coude si tu veux éditer. Comme tu as souligné que des relectures sont prévues pour corriger, fautes, répétitions, etc… je n’ai rien à ajouter si ce n’est que j’ai beaucoup aimé tous ces suspenses.
    Merci Evajoe
    Gros bisous de bonne continuation pour ton projet
    😉

  7. Le problème est de ne pas livrer le texte intégral quand on souhaite éditer ou de supprimer les publications (tout ou partiellement) avant de confier le manuscrit à un éditeur.

    J’aurais du mal à te donner des conseils pour l’édition car je n’ai pas trouvé la solution idéale (qui serait, pour moi, de trouver une bonne maison d’édition fidèle à ses auteurs). Reste l’autoédition mais attention aux arnaques !

    Bon courage dans cette aventure, EvaJoe !

    Erin

    1. En effet, c’est ce que j’ai fait Carmen, certains passages ont été ôtés, et les chapitres ne sont pas donnés dans leur totalité de manière de ne pas me faire pomper, voir carrément plagier. Par contre j’ai mis l’intégrale de mon texte chez e.auteurs pour le protéger.

      Sur l’édition je sais que ce n’est pas facile de trouver le bon éditeur dans la jungle….

      Par contre sur le fond j’aurais aimé ton avis, car je trouve toujours tes commentaires fort pertinent.

      D’avance merci de me consacrer un petit moment de ton temps.

      Bien amicalement

  8. coucou EvaJoe, je rentre de congé, je suis venue lire la fin et apporter on grain de sel
    – développer un peu plus certains chapitres pour étoffer le livre comme le suggèrent certains
    – qui a frappé le papa aussi fort certainement un sbire à la solde de Fabien
    (dommage c’est le prénom de mon fils…. )
    – le devenir du parfum
    – ajouter le mariage de Denis et France cela corsera le livre

    ce petit côté policier me plait bien – un bon début de ta carrière d’écrivain
    pas mal écrit du tout, un don
    je t’embrasse , allez tu nous diras qui est ton éditeur ?
    joelle

  9. Puisque tu as déjà prévu de revoir et faire revoir, je pense qu’il faut plusieurs personnes car on laisse toujours passer certaines choses qui peuvent être importantes, tout au moins à mes yeux (je ne vois pas facilement mes fautes d’orthographe mais chez les autres, cela me frappe et je ne me serais pas permis de …).
    Tu dis que tu ne nous a pas tout donné à lire et tu as certainement raison de te méfier. Dommage pour nous.
    Tu as l’art et la manière. Maintenant pour publier, c’est autre chose.
    Nous sommes en train de chercher aussi pour faire éditer un petit livre fait par les enfants du Pôle Scolaire où je vais les mardis, sur les commémorations de 14/18 dans leur secteur.
    Bisous et bonne chance EvaJoe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.