Un étrange personnage

Tout en montant vers les Lanches la grand-mère pense, que ces individus qui se sont arrêtés de les suivre, vu qu’elle s’est engagé avec s petit fils sur les chemins de montagne, et qu’une belle voiture ne peut les suivre, vont essayer de kidnapper l’enfant dont elle a reçu la garde par son fils pour faire pression sur son père. Elle se demande ce que son fils a vu qu’il n’aurait pas dû voir là-bas. Mais ce dernier lui en a dit le moins possible certainement pour la préserver, elle et l’enfant. 

  • Regarde Mathéo la montagne qui a un petit voile c’est le Mont Pourris, ton papa l’a gravis avant de s’en aller en Afrique.

Mathéo ouvre des yeux grands comme des soucoupes, cela lui semble impossible à son papa d’être allé tout là-haut lui qui dit que marcher dans un désert c’est bien trop fatiguant.

  • Qu’en penses-tu Mathéo?
  • Mathéo dit que son papa n’aime pas marcher comment a-t-il fait pour grimper tout là-haut. 
  • C’est son papa qui l’a emmené, il était guide de Haute Montagne
  • Mathéo ne sait pas ce que c’est qu’être guide,
  • c’était lui qui accompagnait les cordées, enfin les gens qui voulaient grimper sur les glaciers.
  • Les glaciers Mathéo il connaît il les a vu sur le livre d’images de son papa.
  • Et bien sur ce livre tu as bien vu ton papa,
  • Oui mais il était petit.

La grand-mère est fort amusée par la réflexion de son petit fils, en effet Guillaume n’avait que 17 ans sur les photos de l’album qu’il a emporté dans sa fuite. Elle comprend que pour l’enfant ce n’est pas le papa qu’il a. Il a vieillis et un pli lui barre la bouche, le peu de temps qu’il est resté elle n’a pas retrouvé l’éclat d’espièglerie qu’il avait autrefois dans ses yeux. Son regard est à la fois triste et il semble désabusé, elle espère se tromper, mais l’Afrique ne le rend pas totalement heureux, à moins que ce soit la disparition des siens qu’il est mis dans cet état. Mais elle a bien sentis qu’il y avait un secret, mais il ne lui a rien confié de ses tourments.

  • Mamie on va bientôt arrivé parce que Mathéo est fatigué
  • Oui mon poussin, nous y serons juste après le bosquet.Ici nous sommes dans le Parc Naturel de la Vanoise, les gens que tu vas voir ne viennent que l’été, car la route l’hiver est impraticable à cause de la neige. Il faut monter soit à pieds par le chemin que nous avons empruntés soit en raquette.

Mathéo ouvre de grands yeux, tout est nouveau pour lui, mais il trouve tout beau et applaudis à chacun des mots de sa grand-mère.

  • Dans le chalet tu vas rencontrer ta cousine, elle a 8 ans quant à son petit frère il a un an de moins que toi, ce sont tes cousins, tu vas faire leur connaissance. Il y a aussi leur maman, la soeur de ton papa et son mari, ce sont ton oncle et ta tante.
  • Mathéo a aussi une tante en Afrique, mais Papa ne m’a pas dit où elle était en ce moment. C’est la petite soeur de ma maman.

La grand-mère trouve que son petit fils a des conversations d’enfant plus grand, elle est fort étonné mais ne lui dit rien, elle est soucieuse.

  • Voilà nous sommes arrivés au chalet de l’edelweiss, regarde c’est cette jolie fleur, tu la trouves belle?
  • Mathéo trouve qu’elle n’a pas d’odeur mais on dirait une jolie étoile. Alors oui, elle est belle!

Au même moment une fillette sort en courant du joli chalet en bois, c’est la cousine de Mathéo, mais l’aïeule n’a pas le temps de faire les présentations que la petite fille se pends au cou de sa mamie en criant:

  • Mamie est arrivée!

Puis brusquement elle s’aperçoit que cette dernière n’est pas seule.

  • C’est qui Mamie?
  • C’est ton cousin!
  • Mon cousin, mais pourquoi il est plus bronzé que moi?
  • Parce que sa maman est Africaine et que sa peau est plus sombre.
  • C’est quand même mon cousin?
  • Oui car son papa c’est mon fils aîné et qu’il est le grand-frère de ta maman.

Dès que Rosine a entendu ça, elle se précipite vers la maison en criant, maman ton frère est revenu il a amené son fils. Sa maman se précipite et découvre sa mère avec un petit garçon qui a le regard de son frère.

  • Maman? Où est Guillaume?
  • Rentrons je vais t’expliquer, Rosine peux-tu rester avec Mathéo, je dois discuter avec ta maman.

La petite fille ne se le fait pas dire deux fois, elle glisse sa main dans celle de ce cousin tombé du ciel et se précipite avec lui dans le petit pré en contrebas là où jouent une dizaine d’enfants. Bien entendu que leur arrivée fait sensation. Mais Rosine explique que Mathéo est son cousin et la fillette a déjà énormément d’ascendant sur  ses amis, que personne n’ose dire un mot. Tous intègrent rapidement le petit garçon dans leurs jeux. Mais Rosine qui est très observatrice s’aperçoit rapidement qu’il se passe quelques choses d’étranges. Une lumière se reflète sur Mathéo comme si on le suivait ou alors comme si il était observé, sans rien dire à personne elle s’éloigne un peu et voit un homme qui se dissimule derrière un bosquet, il a certainement une paire de jumelle mais il ne s’est pas rendu compte que le soleil se reflétait dedans. Son papa est inspecteur de police sur Paris, et, elle aime déjà bien faire des petites enquêtes ce qui fait toujours rire son papa, mais là, elle voit bien que ce n’est plus un jeu, cet homme observe son cousin. Son papa lui a toujours dit de ne jamais prendre d’initiatives seule, de toujours lui faire part de ce qu’elle trouvait bizarre, aussi elle va vite lui dire ce qu’elle a vu, quand soudain devant elle apparaît un grand homme habillé tout en noir avec le visage encore plus noir.

  • Où va-tu bel enfant?
  • Je joue et mon papa m’a toujours dit de ne jamais parler avec des inconnus
  • Je suis l’oncle de Mathéo
  • Non ce n’est pas vrai;

Mais au moment où l’homme va lui répondre, Rosine entend sa maman l’appelé ainsi que son cousin. Au moment où elle part l’homme la prend par un bras et tout en la secouant lui dit:

  • Si tu dis à quiconque que tu m’as vu, je viendrais te tuer la nuit.

A suivre…

 

Commentaires

  1. Mince tu vas nous faire croire que les Africains sont méchant avec ton grand homme noir mais je pense que non il a juste peur ce M. ha non nous fais pas ce coup là……sont gentils quand même, Bon pas tous suis d’accord. Bisous j’attends la suite tu pense bien.

    1. Rire!!! Non ils sont dans la normale ni les blancs, ni les noirs ne sont au premier abord méchants, mais il y a dans tous les pays de véritables méchants et la couleur n’a aucun effet sur le degré de leurs méchancetés….

      Allez dès que tout le monde a lu je te met la suite… Bises

    1. Au chapitre précédent je parle d’une longue voiture noire….Eh eh! Mais il est vrai que j’ai peut-être zappé le passage où je dis qu’il y a une route pour se rendre au Lanche…Bon…..Mais j’espère que c’est cohérent…

      Bisous

  2. je reviens lire la suite.
    ça se corse comme dirait Napoléon. 🙂
    ce petit est en danger, je vois arriver les problèmes. Mais il a une grand-mère très attentive et maintenant , une cousine futée comme tout. Un inspecteur dans la famille? Comme ça tombe bien.
    Allez, zou, je continue encore un peu
    Bizzzzzzzzz

Répondre à Renée Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.