Lumières sur la lande (1/7)

 

bateau peche

 

Lorsque la gendarmerie est avisée que Gladys a eu un accident, chacun y va de sa réflexion c’est la loi des séries, mais un seul semble perplexe le Colonel car quelques heures plus tard, André ne lui a absolument rien dit concernant la visite de sa jeune gendarme. Il lui faut en avoir le cœur net, il va se rendre personnellement au domicile de son jeune capitaine pour à la fois prendre de ses nouvelles et aussi pour savoir ce que Gladys a eu le temps de lui dire. Ensuite il avisera, ces affaires prennent des tournures étranges, il va falloir qu’il se renseigne pour connaitre les précédentes affaires.

Accompagné d’un officier ils se rendent tous deux au domicile d’André, mais hélas ils trouvent porte close, les voisins interrogés leur signalent un fait étrange. André sa femme et leurs deux enfants sont montés dans un taxi il y a plus de deux heures. Un appel téléphonique aux taxis du Guilvinec et rapidement ils connaissent la destination de la famille. André a certes du repos mais il n’a jamais été question qu’il quitte son domicile. ils leur faut faire diligence pour les récupérer au port du Guilvinec où le bateau des Kérouans est au mouillage. Le colonel sent qu’il y a anguilles sous roche, André devait savoir que son père était vivant, il se dirigerait sur une des îles qu’il en mettrait sa main à couper. Il rappelle ses hommes et demandent à la brigade Maritime de les suivre à distance et discrètement et de n’intervenir qu’à sa demande. Puis il se rend au chevet de Gladys pour prendre de ses nouvelles et faire ouvrir une nouvelle enquête qui doit avoir des ramifications avec la précédente.

Quand il arrive à l’hôpital il apprend que le sort de la jeune Gladys est moins méchant que lors du tout premier bilan, aussi est-il fort heureux de la trouver allongée et très pale mais sans trop de bobos. Le médecin lui ayant confirmé qu’il y avait plus de peur que de mal il pensait pouvoir l’interroger mais une jeune infirmière l’en dissuade. Il a beau invoqué son grade, elle reste inflexible. Personne pendant les premières 24 h le Colonel exige de voir le médecin et il peut finalement se rendre à son chevet et son enquête va prendre une tournure des plus complexes. Jamais il n’aurait pu imaginer 48 h auparavant que l’un de ses hommes aient volontairement cachés et ce depuis des années des faits aussi graves. Car une fois que Gladys eut appris de son supérieur qu’André avait mis les voiles, elle vida son sac et se libéra du poids qui l’oppressait:

  • La famille d’André n’est pas originaire d’ici son grand-père est venu s’y établir après la seconde guerre mondiale. Ce sont des Normands, ils étaient de Caen, mais André quand il parle de cette période il est assez évasif. Son grand-père a tout de suite eu l’impression d’être chez lui, rapidement il a eu un bateau, et il a fait ce que le père d’André a toujours fait ainsi que son frère depuis la disparition ou plutôt la pseudo disparition de leur père. Ils sont devenus marins pécheurs. Son grand-père est mort de chagrin lorsque le corps de son fils ou prétendu tel a été retrouvé après des semaines sans savoir ce qu’il était devenu. A l’enterrement il s’est effondré et il a succombé à une crise cardiaque. Leur grand-mère était morte quelques semaines plus tôt. Normalement les deux frères auraient dû se rapprocher mais aux dires d’André, la disparition successive de leurs grands-parents et la mort de leur père les avaient au contraire éloignés. André et son frère ont été pris en charge par la grand-mère de Gwen qui était la meilleure amie de leur propre grand-mère. Les deux femmes étaient-elles liées par un secret, c’est bien possible, car tout ce qui tourne autour d’elles est une véritable tragédie.
  • Nous n’en savons rien Gladys, en l’état de l’enquête ce ne sont que des suppositions, nous allons nous atteler à une grande enquête. A-t-elle des ramifications avec les temps troubles d’après-guerre, je consulterais les registres de la gendarmerie pour voir s’il n’y avait rien autour du grand-père Le François. Du reste ce nom n’est pas breton….
  •  Laissons cela et passons aux meurtres d’il y a plus de 20 ans désormais. Il y a d’abord eu la mère d’André, je vous ai dit qu’elle était morte avant son époux, et bien c’est André qui l’a découverte, elle s’était ou on l’a pendue à la poutre de leur grange. C’est le grand-père qui n’a jamais voulu porter plainte, André se souvient seulement de la mise en garde de son père et de son grand-père de ne jamais dire ce qu’il avait vu. Mais un soir il y a une dizaine d’années il s’est querellé avec Yann à ce sujet, ce dernier lui affirmant que l’on avait fait taire sa grand-mère. Je me souviens de ce soir-là ils en étaient venus aux mains tous les deux. Et, c’est la raison pour laquelle André s’était délié de son secret en me parlant de meurtres ou de suicide il n’en savait pas grand choses mais apparemment il avait des doutes quant à la réelle cause de  sa mort. Puis il y a eu la mystérieuse disparition du père de Yann et Gwen, quelques jours après l’enterrement du père d’André.
  • Que faisait leur père à vos amis, car ils le sont bien?
  • En tous les cas à l’époque ils étaient mes amis, maintenant j’ai des doutes. C’était un peintre, un tantinet marginal, mais il aimait beaucoup ses enfants et aussi sa femme.
  • Le temps effacera les plaies, mais il nous faut tout comprendre. Donc il y a 20 ans selon les dires d’André et certainement des plus anciens des villageois, la Grand-mère Le François,  serait morte assassinée et le mari d’Irma aurait disparu.
  • Exactement chef!
  • Étrange, vraiment étrange… Et maintenant le père d’André serai vivant, alors que tout le monde l’avait crû mort en mer, il a séquestré le jeune Yann qui aurai réussis à s’évader. Puis nous avons la mort d’Irma mêlée de loin ou de prêt aux morts d’il y a 20 ans. André a fui, mais pourquoi il n’est pas responsable de ce fiasco. A moins que…
  • Qu’il soit au courant de tout….
  • Je ne vois que ça Gladys…Il sait quelques choses au sujet de sa grand-mère, d’Irma et de Yann et surtout il a paniqué en découvrant que nous étions au courant pour la fausse disparition de son père. Par contre l’a-t-il appris récemment ou le seulement depuis la disparition de Yann. As-t-il aidé à son enlèvement, as-t-il mis des indices sur la plage, il était bien placé en étant au sein de la gendarmerie. Tout cela est encore bien embrouillé, nous découvrirons la vérité, mais il nous faut enquêter officieusement sur les événements d’il y a 20 ans, car il n’y a personne qui nous a demandé de  rouvrir l’enquête, je vais aller voir Thomas, le jeune frère d’André pour lui demander de nous aider et savoir si ….

Mais à ce moment-là, le téléphone du Colonel sonne, il sort de la chambre et se dirige dans le couloir, Gladys entend de drôles de propos. Elle ne sait quoi penser.

  • Oui Capitaine que me dîtes-vous?
  • « Lio c’est un œuf cassé » ! Mais ce que dit cette femme est incompréhensible, attendez je vais en informer Gladys, peut-être qu’elle pourra nous donner une explication. Un instant.

Alors en revenant dans la chambre, le Colonel informe Gladys que la fille d’Irma, la mère de Gwen et Yann tient des propos incohérents, voici ce qu’elle dit à longueur de jours, en pleurant, elle veut nous dire quelques choses mais ce n’est pas compréhensible, quand vous irez mieux je vous demanderais d’aller la voir.

  • Mais mon Colonel nous discutons, mais je peux partir, le médecin a signé le papier de sortie. Où se trouve-t-elle?
  • Dans cet hôpital, venez je vous conduis jusqu’à elle, mais je vous laisserais avec le capitaine et vous viendrez me dire ce que vous comprenez. Avec le coup qu’elle a reçu sur la tête, je pense qu’elle a perdu la tête. Cela ne veut rien dire «  Lio c’est un œuf cassé » !

 

A suivre…

 

Commentaires

  1. Hi zut faudra que je revienne si possible pris du retard car absente des blogs hier et aujourd’hui et là l’homme a faim alors pas le temps. Mais, bisesssssssssssssss et pensées

  2. Hum hum 🙂
    Avec sont accent elle doit vouloir dire “le o c’est un neuf cassé ” il manque la patte du neuf, oui mais duquel ?
    Bises

  3. Lio serait un batard? C’st ce que je m’imagine en tout cas.

    L’affaire se complique à plaisir entre le présent et le passé
    sacrée Evajoe, tu nous embrouilles avec un dextérité
    🙂 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.