Lumières sur la lande 1/3

Hum vous vous languissez de moi, mais je ne vous oublie pas, c’est qu’il faut que j’écrive la suite, mais je vais mettre à profit mon repos chez mes parents pour continuer de prendre de l’avance sur votre lecture….

J’espère que vous n’avez pas perdu le fil….. Je continue…..

maison hantee

A ce moment-là leur chef débarque toute sirène mugissante, pauvre village pense la dernière recrue, il va se réveiller avec un drame de plus. Elle raconte à son chef les derniers événements, mai quand elle arrive au fantôme, enfin à la forme blanche elle lit dans les yeux de ce dernier son scepticisme puis il éclate de rire et se paye ouvertement sa tête. C’est à ce moment-là que la forme blanche fait son apparition en tombant sur son chef, ce n’est pas un être humain, c’est juste un drap blanc qui coulisse sur un filin accroché par le mauvais plaisantin. Au moment où la jeune recrue va s’en saisir, elle reçoit une bourrade amicale de son collègue qui lui lance:

  • Malheureuse ne touche pas à cette pièce à conviction, si il y a des empreintes ne les mélange pas avec les tiennes.

L’initiative est saluée avec brio par leur chef, qui, plie précautionneusement le drap et le met dans une poche plastique pour préserver tout ce qui se trouve sur la scène du crime, car c’est forcément un crime. Le chef en se découvrant la tête se la gratte il est fort perplexe. On aurait voulu attirer ces hommes ici on ne s’y saurai pas pris autrement, et bien entendu cela a dû se passer comme l’individu qui se cachait sous ce drap l’a voulu.

Les policiers appelés en renfort lui confirment avoir croisés une Clio blanche, mais ne pensant pas avoir  à faire à un coupable ils n’ont ni arrêté la voiture, ni relevé son numéro ce qui fait rager le commissaire. Si c’est un villageois ils feront le tour de toutes les Clio blanches demain, enfin dans quelques heures.

  • Déjà deux morts sur le dos et le premier meurtre n’est pas encore élucidé, savoir si les deux sont liés, là personne ne peut le savoir.

Le commissaire soliloquait dans sa tête, puis il ordonna à ses hommes qui avaient apporté de grosses lampes d’éclairer la scène du crime, mais auparavant il fallait s’assurer que personne ne se trouvait encore à l’intérieur, aussi mit-il en faction la jeune recrue et un bleu, un jeune du village qui faisait un stage. Le mort n’allait pas s’envoler, et ses deux-là se tiendraient compagnie le temps que leurs investigations commencent. En faisant le tour de la petite maison il s’aperçoit que les scellés mises la veille ont été ôtées. La porte est entrebâillée, ils entrent, allument la maisonnette et font le tour du propriétaire, personne, seules des traces de pas humides jonchent le sol du hall. Ils en prennent des photos qui seront acheminés vers leur bureau d’investigation afin de les comparer avec celles trouver vers son OPJ  le jeune André. Si il y a concordance tout sera lié. Sauf si, mais on en est pas encore là pense le Commissaire.

Soudain, c’est à nouveau le branle bas le combat, des cris à l’extérieur et tout le monde se ruent vers les deux jeunes en faction, ils n’y sont plus, ni le corps.

Un rugissement se fait entendre; le Commissaire est dans une rage folle.

  • Où sont passé ces deux imbéciles éructent-ils?
  • Chef nous sommes là
  • Que faîtes-vous dans les buissons?
  • On est caché!
  • Caché? Vous vous fichez de moi
  • Non!
  • Sortez bande d’idiots!!

Ils ne se le font pas dire deux fois, ils sont blêmes tremblant et dans un état pitoyable.

  • Vous avez vu le diable?
  • Non mais c’est pire, c’est c’est….
  • Parlez; ou je vous met aux arrêts…
  • C’est le mort, chef!
  • Quoi le mort?
  • Il était vivant, il s’est levé, alors on s’est enfuis; on a eu trop peur!
  • Vous avez vu dans quel état il était? La tête écrabouillée et vous voulez me faire croire qu’il s’est levé et il est partis sur ses deux jambes en sifflotant! Vous êtes tous les deux des incapables, je ne veux pas des idiots dans mon équipe, je vous veux tous les deux dans mon bureau demain matin.

A ce moment là les lumières s’allument et,  il faut bien se rendre à l’évidence, le mort a disparu.

 

A suivre….

8 réponses à Lumières sur la lande 1/3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe