L’inconnue de Venise

 

 

Tous les soirs en sortant de chez lui, Paolo croisait cette femme, il la trouvait tellement belle qu’un soir,
machinalement il se surprit à la suivre. Elle marchait à pas compté, s’arrêtait parfois, comme si elle cherchait son chemin puis repartait, courait et à nouveau s’arrêtait brutalement, puis
s’engouffrait dans un hôtel et là il attendait que la fenêtre du deuxième étage s’allume et quand enfin elle apparaissait à la fenêtre il s’éloignait, il la savait à l’abri.

Cela faisait 8 jours qu’il menait ce manège lorsque le lundi de la semaine qui précédait le carnaval de Venise, elle
s’était évanouie dans la nature. Plus d’inconnue marchant doucement dans le soir, Plus de femme hagarde, elle s’était volatilisée. Il avait été jusqu’à l’hôtel pour voir si sa fenêtre s’ouvrait
le soir et même il avait demandé au gardien si elle était là. La seule chose qu’il avait pu savoir c’est qu’elle avait payé sa chambre d’hôtel ce dimanche soir et qu’elle était partie sans
bagage. Pour lui le mystère s’épaississait.

Le carnaval était fini depuis longtemps et Paolo continuait de temps en temps à penser à cette femme lorsqu’un soir
près du pont des soupirs il crut voir sa silhouette et son port de tête altière. Il emboita le pas à cette femme et il la vit s’approcher du pont, regarder à droite, à gauche et se pencher sur
les eaux du canal.

10 réponses à L’inconnue de Venise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe