L’inconnue du GR 20

 

 

 

 

 

 

Lorsque elle reprend ses esprits, elle est à l’hôpital mais ne sait même pas ce qu’elle fait là et par quels moyens elle y est arrivé. Une infirmière  lui dit de rester coucher que le médecin va être content de la voir éveillé, ainsi que Damien. Un flot de paroles lui vient aux lèvres, elle l’a appelé par son nom de famille pourtant elle est certaine de ne l’avoir communiqué à personne, elle était là incognito, mais il a dû se passer de nombreuses choses pendant la journée. Elle demande l’heure et elle s’aperçoit qu’il est à peine neuf heures du matin. Alors, comme l’infirmière lui sourit elle lui demande mais on est  quel jour ?  Devant son incrédulité,  l’infirmière lui explique que cela fait trois jours que l’hélicoptère l’a redescendue du refuge.

Elle lui explique que lors de sa dernière chute elle avait eu une commotion cérébrale et qu’à son arrivée sur Bastia elle était plongée dans le coma. Le médecin avait vu qu’elle était en pleine forme et ne s’inquiétait nullement pour elle, ce n’était à son avis qu’une question de  jours.

Depuis qu’elle sait que l’on est mercredi, elle est de plus en plus agitée, il faut qu’elle se lève et qu’elle quitte l’île. Mais l’infirmière lui intime l’ordre de rester coucher, elle va être aidée par Damien qui franchit la porte, il est en civil mais est accompagné de deux policiers. Il s’assoit à son chevet et lui demande si elle est contente de s’être moqué de lui, elle rougit comme jamais cela lui est arrivé, et prétexte qu’elle est fatiguée et fait mine de s’endormir. L’infirmière demande aux autorités de quitter la chambre leur signifiant qu’elle ne peut leur accorder un interrogatoire car Mlle Minelli vient juste de se réveiller et qu’elle préfère attendre que le médecin l’ait examiné pour leur permettre de l’interroger. D’un signe de main, Damien dit aux deux policiers de s’éloigner et il s’assoit auprès de Manon et se penchant assez prêt il l’embrasse et dit à l’infirmière Madame est ma fiancée. Au moment où Manon va pour se lever, il la serre davantage et lui murmure à l’oreille, ne fais pas l’enfant je sais que tu me désires, et maintenant que je sais qui tu es, je ne te quitterais plus.

Manon soupire et se laisse aller sur l’oreiller complètement épuisée par cette joute muette menée contre Damien.  A quoi cela lui sert-il de le combattre, il a deviné qui elle était. Et c’est d’une voix éteinte qu’elle lui demande si la jeune Américaine a été retrouvée et devant son hochement de tête, elle soupire, enfin elle va être mise hors de cause par la jeune femme, car elle se doute que les propos sibyllins de Damien sont porteur d’autres choses. De plus il a dit à l’infirmière qu’il était fiancé. C’est vraiment n’importe quoi, quand  son frère aîné va l’apprendre il va la tuer, tuer est un bien grand mot, tout au moins lui tourner le dos car chez eux la Famille c’est sacrée et pour se fiancer il faut que l’heureux élu soit agrée par la famille. Certes autre temps autres mœurs, la vendetta est passée mais les familles ne marient pas leurs enfants avec les ennemis d’hier. Manon en sait quelques choses, n’a-t-elle pas quitté l’île il y a plus de 10 ans après que son père est refusé d’accepter comme gendre  le fils Pieri. Tout en se souvenant de cet homme qu’elle aimait passionnément, elle trouve que Damien a une certaine ressemblance avec Mario.  Pourtant comme Damien l’attire, comme elle se sent protégé en sa compagnie, mais pour l’instant il va falloir répondre aux questions de la police, voir qui sait d’un juge.

Une fois Damien mis dehors par le médecin, Manon adossée à un oreiller pense que cela va être difficile d’avouer à Damien que c’est pour les besoins d’un futur roman qu’elle s’est laissé embarquer dans cette histoire.  Elle n’a même pas osé lui demander si l’échange avait eu lieu, le demander c’était implicitement avoué qu’elle était au courant, et ça elle ne le veut pas. Il lui faut s’assurer qu’elle ne sera pas de près ou de loin mêlée à cette histoire, qui, après tout, n’est pour elle qu’une folie de ses anciens copains de jeunesse. S’en prendre à cette touriste cela s’est passée au dernier moment, c’était elle, Manon qui devait être emmené, elle connue sur l’île à cause de son nom : Manon Minelli, un pseudo pour ne pas être reconnue des habitants de l’île et en particulier de Mario, Pourquoi avoir voulu la kidnapper, elle en est là de ses pensées quand on frappe à la porte. C’est son père accompagné de Damien. En le voyant elle fond en larmes, elle la grande romancière se sent toute petite face à son père, 10 ans qu’ils ne se sont plus adressé la parole. Alors que fait-il ici et pourquoi accompagné de Damien.

Damien présente Manon à son chef, le commissaire Roconci, à ce moment-là, Manon comprend que l’histoire n’est pas terminée. C’est un jeu de dupes, Damien doit ignorer son lien de parenté avec son chef, sinon ce dernier serait venu seul. Une Manon Minelli aussi rousse que sa fille cadette était brune, qui a changé de nom, qui a vieilli et qui a laissé pousser ses cheveux alors qu’auparavant elle courait avec ses frères dans le maquis en short et les cheveux courts et surtout qui l’a quitté  un dimanche matin alors qu’on allait célébrer ses fiançailles avec le fils de leurs amis et non avec son Mario adoré ne peut se trouver dans cette chambre. Dix ans qu’ils ne se sont vu, croisé, voir même qu’il sait ce qu’elle a fait de sa vie. En dix ans son père est devenu un bel homme. Il a assis sa réputation en devenant commissaire de police, bien sûr que Manon, puisque c’est ainsi qu’elle se fait appeler suivait sa carrière de loin. Mais en ce moment présent, elle va être obligé de lui dire qui elle est, et, elle se demande ce qui va se passer, d’autant plus que Damien a quitté la pièce.

Une fois la porte refermée, il s’assoit et au travers de ses longs cils ils s’observent, pas un ne parle. Manon où plutôt Amélia de son vrai prénom attend que les questions fusent.

–          Alors Amélia peut tu me dire ce que tu faisais avec Mario sur le Monte Rotondo.

–          Comment sais-tu que c’est moi !

–          Ma petite fille je sais tout ce que tu as fait depuis 10 ans j’étais fier de toi mais tu me connais je n’ai pas voulu faire ce premier pas. Maintenant, et une fois que cette sale histoire sera réglé nous recommencerons notre histoire au moment où nous l’avons laissé.

–          Mario mais il n’était pas avec moi, enfin ce n’est pas possible, pas lui, il me l’aurait dit.

–          Tu n’as pas reconnu mon jeune inspecteur, Mario qui se fait appeler Damien à cause de la vendetta entre nos deux familles, c’est un brillant inspecteur et j’ai tiré un trait sauf ton frère aîné, mais ça tu le sais. C’est le Mario de ton adolescence,  celui que tu aimais autrefois.

 

A ces mots, Amélia-Manon fond en larmes et c’est ainsi que Damien-Mario les retrouvent dix minutes plus tard, l’un soutenant l’autre, plutôt enlacé qu’en train de répondre aux questions de son chef. Il est stupéfait et ne comprends pas. A ce moment là leurs yeux se croisent et devant le regard plein de larmes de Manon et du commissaire, Damien assommé comprend que la belle romancière dont il est tombé amoureux n’est autre que son amour de toujours la belle Amélia. 

Le temps de la vendetta pour un lopin de terre est , il l’espère révolu, son chef l’apprécie, et il sait qui il est, mais de là à lui donner la main de sa fille. sachant que sur cette dernière pèse de  lourds soupçons suite à ce kidnapping. Il va falloir jouer serrer et surtout démêler l’écheveau. Que va-t-il apprendre?

 

 

Fin de la 1ère partie

 

© 2013 EvaJoe  

 

 

la première image vient d’ici

La deuxième de  là

Commentaires

    1. Comme j’ai un ordinateur portable je ne vois pas que c’est si petit, je viens de grossir le texte. J’espère que tu reviendras le lire

    1. Ce n’est pas finis, il y aura une suite mais je ne la mettrais pas sur mon blog.

      Je vais contacter un comité de lecture et voir si je peux me faire publier. Si ça marche je verrais si je mets la fin, mais de toutes façons vous saurez ce qu’il va se passer …..

  1. Bonjour EvaJoe… Nous en savons plus et bonne chance côté maison d’édition, qui ne tente rien n’a rien comme on dit ! Bon W-E de la part de jill… Bises

    1. Merci de ton souhait et je vous tiendrais au courant, je ne sais si je vais intéresser un comité de lecture, mais poussés par les encouragements de mes amis et de ma famille je vais partir à l’aventure..

      Je te tiendrais au courant et je donnerais une version édulcorée rire de mon roman…Car parfois on s’imagine tel ou tel fin et elle est tout autre. Cela dépend de l’auteur…

      Rire!

      Bonne journée et bisous

  2. Un histoire corse sur le GR20 vec un enlèvement; ça se corse!
    Bonne chance pour la publication!
    (Je n’arrive pas à corriger ma faute )
    Il y a encore des familles qui ne se parlent pas ; elles ont oublié pourquoi …
    Bon courage

    1. La Corse île de Beauté et de mystère, la vendetta, le maquis, les histoires entre famille, c’est sur ce fond là que j’ai écrit mon texte. Je ne suis pas Corse mais cela m’a fait envie.

      Merci de tes souhaits de publication! Je ne manquerais pas de tenir au courant de la suite …Et tu auras le mot de la fin de la seconde partie. Mais il faudra attendre.

      Merci !

  3. Le Gr 20 je ne l’ai pas encore fait….mais cela me tente , il faut trouver des randonneurs pour m’accompagner et surtout ne pas trop attendre , les années passent et les rêves s’envolent….
    Une rencontre joliment contée , j’attends la suite
    Bon et doux Dimanche Joelle
    Bisous
    timilo

    1. Moi non plus, mais j’ai lu le topo, rire de randonnée! Mais un de mes fils en a fait une partie et c’est vraiment magnifique, je dirais même grandiose. Monté à plus de 2000 mètres d’altitude et découvrir la mer . La terre est âpre mais même les cailloux donnent une envie folle de marcher!

      Pour la suite il va falloir attendre Thierry ..Soit je suis éditée avec comité de lecture, soit je prends une maison d’édition via internet sans comité..Mais j’aimerais mieux ..Autrement; je suis un tantinet gourmande mais après tout pourquoi pas….

      Douce et belle journée , bisous de Joëlle!

    1. Coucou Philippe,

      Oui je ne voulais pas vous laissé perdu dans le vide, ainsi ..C’est une fin assez honorable, même si il y a plein de questions…Rire du héro…

      Bisous

  4. Bravo je viens de voir sur une réponse que tu espère te faire publier c’est super car ton récit est bon…je te croise les doigts bien fort…Bisessss

    1. Merci de croiser les doigts, pour l’instant la première partie est en correction, après la seconde, et après seulement le comité..Ensuite c’est non..J’aviserais de ce que j’en ferais et si c’est oui, ce sera une autre étape.

      Si tu as aimé mon récit j’en suis fort heureuse.

      Bisous et belle journée.

  5. Bravo Joëlle

    Tu vas pouvoir le faire éditer, je suis sûr que la suite est toute aussi passionnante.
    tu ne penses pas à nos yeux que tu écris si fin?
    Bisous et douce nuit
    Le Noctamplume

    1. Bonjour Alain,

      Tout d’abord te répondre par rapport à l’écriture (grosseur des caractères) si tu passes par Firefox c’ est en patte mouche, si tu passes par Google Chrome c’est plus gros. A toi de me dire…

      La suite c’est …Palpitant, enfin j’espère que cela donnera du frisson, de la peur, de la joie et…Je ne dirais rien de plus, rire!!

      Belle journée et gros Bisous

  6. Je passe te lire, tu sais bien, curieuse de savoir la suite ! pourtant je ne suis pas encore rentrée chez moi.
    Oh là là, une histoire corse et d’amour en plus, quel imbroglio et quel romantisme !
    A plus et bisous, chère Evajoé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.