Les démons de la nuit

L’ange de la nuit comble leurs peurs ancestrales

lorsque la douce main se pose sur leurs fronts

enfants égarés dans les ténèbres des démons

surgissant du néant sans imposer’ leur gloire royale.

 

Autrefois une bougie vacille en une lueur blafarde

imposant aux murs  des hommes surgit de nulle part

sortis tout droit  d’un conte enfantin apparaît ce guépard

glissant sans un bruit, il laisse  la fillette hagarde.

 

Spectres assaillissent  leurs nuits cauchemardesques

brisant leur sommeil  et martyrisant leur songe de sanglots

 s’accrochant à la crinière du cheval fuyant la lune et son halo

ils préfèrent s’en aller dans des péripéties rocambolesques.

 

Accrochée au cou de la mère, il flotte une odeur de jasmin

les pleurs sont en suspends sur le velouté de la joue.

Doucement berce l’enfant et l’  étreint comme un bijoux

lui murmurant une chanson douce oubliée le lendemain.

 

Sous le rayon lumineux d’une chevelure de lune

l’enfant  oubliant cauchemar, s’en va au pays de Morphée

ou paradent ses amies de toujours, de tres belles fée

soufflant sur les bougies pour les éteindre une à une.

 

 

 

 

 

 

10 réponses à Les démons de la nuit

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe