Le crime de la Croix du Détour! (Suite 1)

Jules regarde de tous les côtés, il ne voit personne, aussi s’enfonce t-il dans la forêt et rejoint la cachette où avec ses copains ils se retrouvent parfois, il monte rapidement par l’échelle de bois, une fois en haut, il retire l’échelle, si ces copains viennent ils feront le cri de la tourterelle  deux fois, puis un long silence et deux autres fois plus rapidement. Il ne faudrait pas qu’ils se fourvoient à laisser monter un gars du village ou un étranger.

Il s’assoit et écoute les bruits de la forêt,il n’y a pas de bruit de pas, pourtant c’est imperceptible, il sait qu’il y a un étranger dans la forêt. Doucement il s’approche de la petite fenêtre, que lui, et ses copains ont ouvert dans les rondins de bois. Il l’ouvre et du haut de son mirador observe sans être vu. A quelques mètres plus bas il y a un homme avec un pantalon noir et une vieille veste marron, l’homme de ce matin pense Jules. De là ou il est, il ne voit pas ses chaussures, mais elles sont noires.

Cet homme se sent observé, il sait que dans cette forêt aussi épaisse soit-elle, il y a une personne qui l’observe, tant qu’il ne l’aura pas croisé il ne saura pas si c’est un ami où un ennemi. Un ami d’il y a dix ans,, il se fond dans le bois,il marche courbé, et regarde de tout côté. Il passe tout près de la cachette de Jules mais ne lève pas la tête, et Jules se garde bien de faire du bruit. L’homme se dirige vers le seul endroit qu’il connaît, le château, où tout au moins la partie que l’on ne peut voir de l’extérieur, la pièce cachée, dire que cela faisait dix ans qu’il se réjouissait de revenir retrouver les siens, tout au moins son fils, puisque sa femme ne l’avait pas attendue, elle vivait avec le fermier d’en haut, un gars du haut comme on disait à l’époque. Deux ans après son incarcération, et hop elle lui l’avait dit un jour au parloir, il n’avait pas compris sa décision. Il avait refuser de divorcer, mais il savait qu’ils vivaient ensemble, et, cela lui avait fait mal. Sa mère  et sa sœur lui amenait de temps en temps le petit, mais depuis qu’il avait un beau-père son Jules n’était pas revenu. Et ce matin il aurait pu le rencontrer dans la forêt, il l’avait vu attendre à la croix du détour, enfin sur le chemin, il avait fallu qu’il se trouve nez à nez avec le comte. Cet homme fourbe qui l’avait envoyé en prison il y avait plus de dix ans. Il l’avait accusé d’avoir tué son frère, pourtant il n’était pas au château ce jour-là, mais on ne l’avait pas écouté,. Mais ce matin en le croisant le châtelain avait voulu le tuer, il l’avait fuis, mais c’est certain que si il le croisait à nouveau, un des deux allaient mourir.

Mais Pierrot aurait tant voulu serrer son fils dans ses bras, car le châtelain était grand et fort, lui avait maigris, il lui serait difficile d’avoir le dessus. L’autre avait une grande lame effilée et devait savoir s’en servir. Tout en étant dans ses pensées sombres, il n’a pas vu une ombre descendre d’un arbre et le suivre, en effet Jules s’est décidé, il lui faut savoir qui est cet homme. L’un suivant l’autre, ils atteignent à quelques minutes d’intervalle le vieux château, le père puisque c’est lui se glisse par une vieille meurtrière et disparaît aux yeux de son fils. Mais au moment ou Jules va rentrer, il entend un cri. Il lui semble reconnaître la voix d’Aubin.

8 réponses à Le crime de la Croix du Détour! (Suite 1)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe