La nuit de Noël (suite 1)

 

 

Le père de Marek pousse son fils derrière une console de fruits et allume son briquet. Plus aucun bruit dans le magasin si ce
n’est un bruit étrange, l’on dirait même comme une mélopée, une chanson sifflée par plusieurs personnes. Comme tout cela est étrange. Tous les deux n’en croient pas leurs oreilles, pourquoi ce
bruit d’armes et maintenant ceci.

 

Yann se demande si ils peuvent s’avancer vers les caisses, d’autres personnes tapies ici ou là doivent se poser les mêmes
questions pensent ils… Il ne peut exposer la vie de son fils aussi après lui avoir fait maintes recommandations, Yann va seul vers le haut du magasin et là  il voit un remue ménage
incroyable, les vendeurs sont affolés, les jouets prennent la poudre d’escampette, ils suivent un homme de rouge vêtu, il semble agé  et
 sort par la porte, celle-ci s’ouvre alors que tout à l’heure tout était bloqué. Du petit dé au grand portique ils font un grand défilé
et se dirigent tous vers la grand rue où là comme par magie les fenêtres s’entrouvrent, des vivats
 
sont repris par une foule encore invisible quelques heures plus tôt. Marek et Yann leurs emplettes sous le bras emboîtent le pas à
ce groupe hétéroclite, à nouveau le bruit d’armes, mais cela fait rire son fils ce sont des pétards, c’est la nuit de Noël.

Il leur semble que le défilé est moins important qu’au départ du magasin, en effet ils ne se sont aperçus de rien, mais à chaque
maison éclairée, un jouet se recouvre par magie de papier cadeau et rentre par la cheminée. Yann et Marek habitent hors de la ville ils ne peuvent s’attarder, on les attend chez eux, alors d’un
petit signe de la main ils font coucou à quelques jeux qui auraient tellement fait plaisir au jeune garçon, mais il faut être économe, il a fait don de son argent à son père pour que le repas
soit plus important en cette nuit de Noël.

Les voilà partis en direction de leur petite maison, la route est en tournant tout le long et monte beaucoup, la neige s’est
remise à tomber, chacun pense que ce sera un beau Noël tout blanc, ni l’un ni l’autre ne disent mots, chacun est dans ses pensées. Son papa connaît bien la route mais la neige est épaisse, on ne
voit pas grand-chose, de plus l’essuie glace donne des signes de fatigue, il n’essuie plus et la neige colle de plus en plus. Il leur faut s’arrêter, déblayer la neige qui s’est mise sur la
vitre.

Après avoir pelletée la neige autour des roues, ils reprennent leur ascension dans une immensité laiteuse et cotonneuse, ils ne
voient rien à moins d’un mètre, Marek a le visage contre le pare brise et indique à son père ce qu’il peut voir. Et, tout à coup, il voit une lumière qui clignote, puis une autre, une allée
s’entrouvre devant eux, c’est bien le chemin qui traverse la forêt pense tout bas Yann, mais qui l’a éclairée de cette façon. Ce chemin est plus court, en temps ordinaire il est praticable mais
aujourd’hui il va y avoir beaucoup de neige, mais d’un autre côté se dit Marek si il est illuminé c’est qu’ils doivent passer par là ; aussi il dit à son père tourne Papa, son père n’hésite
pas une seconde et va dans le chemin si bien éclairé. Il roule depuis à peine dix minutes lorsqu’ils aperçoivent des ombres qui dansent, ce doit être la fatigue, qui peut être dehors à cette
heure, il fait froid, la neige colle de plus en plus et c’est la nuit de Noël. En approchant de la clairière qui est à peine cinq cent mètres de chez eux, ils entendent des chants, de très beaux
chants comme à la chorale se dit Marek, ils continuent de rouler et là il y a un grand sapin couché en travers du chemin. Leur maison est à trois cent mètres à peine, ils sont à une encablure de
leur chez eux, ils ne vont tout de même pas faire demi tour. Il va falloir trouver une solution. Dans un premier temps ils prennent chacun les cadeaux, les victuailles et les couches du bébé et
vont pour contourner le sapin quand …..

 

A suivre 

11 réponses à La nuit de Noël (suite 1)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe