La nuit de Noël

 

C’est la veille de Noël par un soir ou il ne fait pas bon  mettre le nez dehors, le froid est glacial, il coupe les
mains et il n’est pas rare d’avoir au bout du nez un morceau de glace. Marek aide son père cette nuit là, il offre contre une modique somme un sapin de Noël qui illuminera qui l’entrée d’une
maison, qui un salon. Mais hélas qu’ont donc leurs arbres car peu de passants s’arrêtent. Tout au plus quelques uns d’entre eux leur jettent un coup d’œil et courent vite s’enfermer au
chaud.

C’est impensable que tous deux rentrent avec leur cargaison d’arbres il faut à tout prix les vendre sinon leur repas sera
maigre cette nuit de Noël, si il y en a un. Le père de Marek compte et recompte ses €uros, à peine 30 € que vont ils faire de cette modeste somme, à part acheter un litre de lait et de quoi
manger pour les petites sœurs de Marek, mais jamais il ne va pouvoir leur offrir un jouet. Sans parler du gaz à payer et des couches pour le bébé. Eux qui ont tout misé sur la vente des sapins.
Les autres vendeurs sont mieux lotis, leurs sapins blancs ou verts sont emportés, faut dire qu’ils sont grands. Mais pourtant l’oncle Mica les a incités à prendre que les petits disant qu’en
ville les gens n’ont pas de place et que de grands et larges sapins allaient leur rester sur les bras. Et, là médusés tous deux voyaient les sapins immenses s’en aller et les leurs rester. Quel
malheur le jeune garçon pense à leurs économies qui sont passées dans le gazole pour la vieille fourgonnette et s’ils ne vendent rien, elle va être bonne pour la ferraille car la réparer sera
impossible pour  Yann. Que faire se demande le jeune garçon ?

 

Soudain, une idée lui traverse l’esprit, il chante bien et connait de beaux chants de Noël, après tout c’est l’occasion.
Alors de sa belle voix cristalline il entonne « Mon beau sapin », d’abord rien ne se passe puis petit à petit un attroupement se forme devant l’étale de Yann et Marek. Des applaudissements
crépitent à la fin de la belle chanson, des cris aussi: encore, encore. Mais Marek ne s’en laisse pas compter il dit avant de chanter, je suis certain que parmi vous  il y en a qui n’ont pas
encore acheté de sapins, regardez ils ne prennent pas de place et ils sont coupés de ce matin et en plus nous les vendons si peu cher. Dans un premier temps rien ne se passe, puis Marek se remet
à chanter « Petit papa Noël » c’est même repris par deux petites filles et un petit garçon.

Pendant ce temps Yann vend ses arbres, un puis deux puis dix; son sourire revient, Marek a chanté pendant plus de deux
heures, quand il s’arrête, il reste un seul sapin, un rachitique, qu’à cela ne tienne ce sera le notre dit Yann au petit garçon.  Son père pleure de joie, ils vont pouvoir acheter de quoi
manger pour toute la famille et ramener un ou deux cadeaux pour les filles.

Au moment ou ils montent dans la  voiture poussive, ils voient arriver une vieille dame, elle leur fait signe, que
leur veut elle ? pensent-ils tous les deux. Mais au vu de son grand âge Marek sors de la voiture et s’avance vers elle. Otant son bonnet de fourrure il lui dit Bonjour fort poliment et lui
demande ce qu’elle veut.

– Petit j’aimerais un beau sapin, le plus grand que tu emmènes chez toi, le seul que tu n’as pas vendu, c’est celui là que je
veux.

Marek est interloqué comment sait elle que dans la voiture il leur reste un sapin et devant les larmes de la dame quand il lui
dit que c’est le sien Marek qui au fond de lui a bon cœur, dit à son papa, nous n’avons qu’à lui le donner. Le papa aurait bien aimé que la dame le lui paye mais devant la générosité de son fils,
il remet à la dame son dernier sapin qu’il pensait décorer et ramener chez eux. La femme les remercie, elle glisse dans la poche du petit garçon une pièce  en chocolat et s’en va.

Après avoir fait leurs emplettes et trouvé pour la plus petite de ses filles une poupée en chiffon et pour la grande un jeu de
mémoire, ils vont tous les deux acheter des victuailles. Pendant qu’ils déambulent dans le magasin brusquement les lumières s’éteignent, des coups de feu retentissent.

 

A suivre

Commentaires

  1. Bonjour Eva-Joe

    J’adore les histoires de Noël et au contraire de toi, je n’ai pas cette imagination pour les raconter.

    Tu es un écrivain abouti, Joëlle et je te félicite au nom de la communauté.

    J’attends la suite avec impatience qui au vue de la dernière phrase, ne va pas manquer d’intrigue et de rebondissement.

    Bisous plein de tendresse

    Le Noctamplume

  2. Bonjour Joëlle,

    J’ai contrôlé sur ton blog pour le livre et ça marche du « feu de dieu ».

    Par contre, je n’arrive pas à faire la même chose.

    Il y a sûrement encore une astuce que je ne comprend pas.

    Mais ça va venir.

    Bisous en attendant

    Le Noctamplume

  3. Bonjour Evajoé,
    Encore une très belle histoire pleine de suspense !
    Je suis impatiente de connaître la suite.
    Je t’embrasse et te souhaite un bon lundi.

  4. Voilà un joli conte de Noël qui commence, EvaJoe… Sous le signe de la générosité et du suspens maintenant… Attendons la suite.

    Bonne journée et bisous,

    Cathy.

Répondre à Ondine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.