La vie d’à côté ( suite 9 )

Cela fait des heures que tous les deux sont prostré, leur mère serait vivante, mais qu’est-ce qui s’est passé ? Où se trouve leur mère ? Puis Pablo est le premier à se ressaisir, mais à ce moment-là, leurs deux mobiles sonnent, ils se regardent tous les deux fort interloqués. Appel privé ! Étrange…

  • Décrochons et nous nous dirons qui on avait et la raison pour laquelle nous sommes appelés
  • Allo, qui est à l’appareil ?
  • Amélia, c’est l’inspecteur D, le frère de votre amie Cathy ;
  • Oui, que ce passe-t-il ?
  • Votre frère est avec vous ?
  • Oui ?
  • Pouvez-vous me le passer ?-
  • Il est au téléphone pour l’instant, mais dès qu’il a terminé je vous le passe ;
  • D’accord, je patiente, par contre vous n’avez rien à me dire?  
  • A propos de quoi?
  • De votre appartement! 
  • Lequel? 
  • Ah! Parce que vous en avez plusieurs? –
  • Oui, j’ai quitté celui dont j’ai trouvé la clef dans les affaires de maman, car j’avais peur.

Amélia se contente de cette réponse ne voulant pas trop lui en dire, car elle ignore tout de la raison de son appel et pourquoi il lui pose ce genre de questions. Par contre elle entend Pablo crier, il n’a pas l’air content, qui peut-être son interlocuteur ?

  • C’est Pablo que j’entends ?
  • Oui, mais je ne sais pas à qui il parle ? Son téléphone a sonné en même temps que le mien, tous les deux nous avions des appels masqués. Il m’en dira plus je pense si cela me concerne.
  • Oui, oui je le pense aussi, écoutez, vous avez un papier et un crayon, voici le numéro où il doit m’appeler, car si il doit vous donner des explications autant qu’il le fasse avant que je lui parle.

Les mots de l’inspecteur sont lourds de malentendu, de quoi veut-t-il entretenir son frère ? Enfin Pablo raccroche et il est dans une colère qu’elle ne lui a jamais vu, avec elle il est toujours égal à lui-même, calme, pondéré, jamais un mot de plus, là il est furieux.-

  • Que se passe-t-il ?-
  • C’est notre Grand-Père !-
  • Il me demande de rentrer de suite et de t’emmener avec moi-
  • Ah et c’est pour cette raison que tu t’es mis dans cet état, je veux bien partir avec toi, et je reviendrais en France, chercher les réponses à toutes mes questions.

Pablo va pour lui répondre, quand son téléphone sonne à nouveau. Il regarde le numéro et devient pale comme un mort, avec son teint cuivré cela prend des allures étranges, il se retient à son bureau, puis demande à Amélia de sortir, et s’assoit avant de répondre :

  • où es-tu ?
  • C’est comme cela que tu me parles, tu étais bien plus poli avant que je ne te quitte !
  • Tu te poses la question, mais tu rêves totalement, comment puis-je te faire confiance avec tout ce que je sais ? Où es-tu ?
  • Où je suis n’a pas d’importance, as-tu rencontré Amélia ?
  • Oui !
  • Et ?
  • Que veux-tu que je te dise que tu ne saches déjà ? Elle sait tout !
  • Tout, non je ne pense pas, c’est moi qui vous donnerais les dernières réponses, mais le moment n’est pas venu. A bientôt n’oublie pas que je t’aime et surtout méfiez-vous tous les deux, le danger rôde. Tout, non je ne pense pas, c’est moi qui vous donnerais les dernières réponses, mais le moment n’est pas venu. A bientôt n’oublie pas que je t’aime et surtout méfiez-vous tous les deux, le danger rôde.-
  • Et Amélia ? Mais ces mots se perdent, son interlocuteur a raccroché sans qu’il entende ce que ressent sa sœur…
  • Alors Pablo? Qui était-ce? –
  • Du travail en perspective,-
  • Ah j’avais plutôt l’impression que j’étais moi aussi concerné,-
  • Toi dis-moi qui tu avais j’essayerais de te dire qui j’ai eu au téléphone.-
  • C’était le frère de Cathy tu dois le rappeler !-
  • Ah, que me veut-t-il ?-
  • Il ne m’a rien dit ;-
  • Bon, je vais l’appeler, pendant ce temps va t’essuyer le visage, ton rimmel a coulé tu es barbouillé ;-
  • Non, je vais prendre une douche-
  • Très bonne idée !

Pendant que sa sœur se glisse dans la salle de bain Pablo appelle son ami, il est rassuré sa sœur ne lui a pas posé de questions, il aurait été bien en peine de lui dire qui il avait au téléphone. Dès les premiers mots il devient tout pâle et il jette des coups d’œil vers sa salle de bain, puis il s’éloigne vers la fenêtre et n’ose interrompre son ami.

  • Si je te téléphone pendant le pont du 14 juillet c’est que j’ai du nouveau, un individu s’est présenté au poste hier au soir et m’a demandé, ses mots étaient incohérents, il parlait de ta sœur et de son appartement et d’une autre fille qui était ma sœur Cathy, puis ne m’ayant pas eu il est repartis et depuis je n’ai aucune nouvelle. Alors nous nous sommes rendu dans l’appartement qu’occupais ta sœur sur les indications de ma sœur. Nous y avons trouvé un homme mort d’un coup de feu en pleine tête, du travail de pro je l’admets. Ma sœur et la tienne étaient dans l’appartement le jour ou cet individu a été assassiné, ma sœur me dit qu’elles ont juste nettoyés l’appartement et qu’elles sont parties chacune de leur côté, qu’elle ne voit pas ta sœur commettre un crime, mais qu’elle avait l’impression depuis quelques temps d’être suivis. Penses-tu qu’Amélia a un pistolet ?
  • Non !
  • T’inquiètes je te crois, mais alors qui et pourquoi ?
  • Qui? Je ne puis te le dire, mais cela a des ramifications avec notre mère, enfin je ne vois que ça! 
  • Pourquoi?
  • Je ne puis t’en dire plus, je ne voudrais pas que ma sœur nous écoute, mais je passerais te voir demain et je t’expliquerais.

Pendant ce temps Amélia qui se doutait de quelques choses c’était rapproché du lieu où son frère téléphonait mais elle n’avait pas vraiment compris ce qui se tramait. Au même instant son mobile recevait un sms ; mais comme elle se trouve en simple appareil, elle ne peut jeter un coup d’œil aussi fait-elle un repli stratégique pour s’habiller, auparavant, elle arrête la douche qui coulait pour rien et vérifie qu’elle soit pimpante. Puis d’un pas naturel se rend vers son sac à mains et y récupère son téléphone. C’est son amie Cathy !

« S’il te plait Amélia réponds moi, c’est grave et important ! »

« Que ce passe-t-il ? »

« Mon frère a découvert dans ton appartement un mort »

« Ton frère vient d’appeler mon frère, mais j’attends qu’il me donne la raison de son appel, il me soupçonne ? »

« J’en ai eu l’impression, mais je lui ai dit que lorsque tu voyais du sang au collège tu t’évanouissais »

« Oui, et même encore maintenant, cela m’arrive, je te laisse mon frère arrive, merci de m’avoir avertis », elle a juste le temps de remettre son téléphone dans la poche de son sac, que son frère revient, il semble préoccupé ;

  • Tu as eu de mauvaises nouvelles ?
  • Amélia on ne va pas jouer au chat et à la souris, dis-moi par le menu ce que tu as fait hier au soir en quittant ton appartement.

Après avoir écouté son récit il comprend qu’elle n’y est pour rien, mais alors qui était sur ses talons et pour quelle raison ?

  • Il s’est passé quelques choses de grave à ton appartement, aussi je pense que toi et Cathy avez été suivis car selon les premiers éléments c’est bien le jour où vous y étiez toutes les deux.
  • Suivis ou précédé ?
  • Tu as eu l’impression que l’on t’observait,
  • Non, mais je m’attends à tout. Mais qu’est-ce qui a tout déclenché, ma venue à Tours, la disparition de maman, ta venue ?
  • C’est un tout !
  • Toi, je commence à bien te connaître, tu me caches quelques choses.
  • Non, je suis préoccupé, c’est différent !
  • Préoccupé où cachottier ?

 

A suivre…

 

5 réponses à La vie d’à côté ( suite 9 )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe