La traque (suite)

Le garde n’a pas eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait, il est tombé après que Mr X lui ait tranché la gorge, c’est de cette manière que l’on tue dans ce pays, il ne pouvait lui enfoncer un couteau dans le cœur cela ressemblerait plus à une attaque de Français. Il avait la description de la femme de Guillaume, celle-ci dormait profondément, dans un premier temps il a essayé de la réveiller, mais ne la voyant pas bouger, il a compris qu’elle était droguée. Alors qu’il allait la charger sur son dos, c’est à ce moment-là que l’autre femme s’est réveillée aussi a-t-il dépose à nouveau la jeune femme enceinte et a donné un violent coup de pied à celle qui s’apprêtait à hurler. Aucun bruit dans le camp, il enlace la jeune femme qui dort toujours et sort fort tranquillement par le côté de la tente qu’il a pris le soin de découper après avoir tué le garde. De l’autre côté Guillaume est impatient, quand il voit sa femme il ne dit mots, mais l’emporte plus loin, pendant ce temps Mr X est retourné sous la tente et il enlève le médecin, il se doute que ce n’est pas le but mais cette femme va se faire tuer dès qu’ils se rendront compte de la disparition de la femme du Consul.

Guillaume s’enfuit avec sa femme et Amir, ils se séparent sur la piste où une voiture attend Guillaume, quand à son beau-frère il part en direction de son village en compagnie du médecin, de là il récupérera le 4X4 et repartira vers la capitale.

Son cousin est assez malin pour rejoindre son campement qui du reste s’en ira sur d’autres lieux dès qu’il sera arrivé, et de là il rejoindra le village de touristes, ni vu ni connu.  Quand à Monsieur X il a plus d’un tour dans son sac et ne leur a pas dit ce qu’il pensait faire, mais Guillaume l’ayant bien payé il se taira ils en sont sûrs tous autant qu’ils sont.

Guillaume a déposé sa femme dans la jeep que ses amis du désert lui ont procurée, elle est sortie de son sommeil artificiel, et s’est jeté dans les bras de son amour en lui disant :

  • Que m’est-il arrivé ?
  • Guillaume est un peu inquiet, sa femme a l’air d’être perdue de ne plus savoir ce qui s’est passé, pour l’instant il ne va pas rentrer dans les détails, il constate qu’elle a été bien nourrie son ventre s’est arrondie pendant ces quelques jours, elle a dû manger beaucoup de couscous, elle qui faisait attention, elle a eu raison cela lui a permis de survivre. Il est plus de 11 h quand ils atteignent les faubourgs de Djibouti, personne ne les a suivis. Il va aller à la base française de Djibouti pour que sa femme soit vue par un médecin, puis ils se reposeront quelques jours et il lui fera prendre un vol pour la France, afin qu’elle accouche dans son pays, lui il restera pour régler les derniers détails de son retour définitif en France.

Le médecin bien que n’étant pas dans la confidence a trouvé qu’Assia était fort fatigué, il a voulu lui faire faire des examens sanguins Guillaume les a refusé, lui disant qu’elle rentrait prochainement en France et que son obstétricien s’en occuperait, Le médecin major n’était pas très convaincu, il avait l’impression que le Consul de France lui cachait quelques choses, mais il n’a pu insister. Il connait les méfaits du quat sur la population de Djibouti, cette jeune femme a l’air d’en avoir absorbé, l’a-t-elle fait à l’insu de son mari ou est-ce avec son consentement, il ne sait pas quoi en dire, il va faire très attention à elle jusqu’à ce qu’elle parte en convoi sanitaire avec un avion de l’armée, de cette manière Guillaume se sent moins anxieux, quand il apprend les détails du retour de sa femme en France, il n’en demandait pas tant, de cette manière personne ne trouvera son nom sur les listes des avions en partance pour Paris.

Il a beau téléphoner en France, il n’arrive pas à joindre ni sa mère, ni ses amis d’enfance, ni sa sœur…

 

A suivre…

6 réponses à La traque (suite)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe