La saga de l’été (chapitre 3 suite 2 )

La petite fille se jette dans les bras de sa maman ne comprenant pas tout, à 5 ans c’est difficile les histoires de grande personne.

  • Je t’expliquerais ma poupée, en effet Amaury est le grand-frère dont papa te parlait, il n’est pas avec Papy et Nanie.
  • Mais si Maman il y a son prénom
  • En effet ma chérie, mais Amaury il est là et il va même dormir dans notre maison. C’est désormais sa place.
  • Moi je veux ma grande sœur
  • Oui, bientôt elle sera avec nous.
  • Et papa il est où ?

Après un instant d’hésitation, la jeune femme réagit et dit à sa petite fille :

  • Papa va revenir prochainement, pour l’instant il est trop préoccupé, mais d’ici quelques heures il sera de retour et nous vivrons tous en famille.

Pour Rebecca quelques heures c’est à la fois court et long, elle n’a pas la capacité à son âge de mesurer le temps. Mais aux mots de sa maman la petite fille est plus tranquille, et, du reste elle met sa petite main potelée dans la main de son grand-frère, ce qui fait dire à l’inspecteur :

  • Amaury vous allez devenir le chevalier servant de votre petite sœur.

Puis l’inspecteur prend congé de la famille car son enquête n’est pas terminée, il lui faut relier les deux affaires, retrouver les deux autres enfants, savoir ce que le père a compris et faire un appel à la télévision concernant Sandie pour lui permettre de se présenter sans peur  dans un commissariat. Il ne faut pas mettre la puce à l’oreille des ravisseurs, mais il lui faut trouver les mots qui tranquilliseront la jeune fille. Mais il est vrai en voyant Amaury avec sa petite sœur, lui et ses hommes se sont un peu attardé sur ce bonheur naissant.

  • Amaury, nous vous souhaitons pleins de belles choses et nous vous promettons de vous ramener votre petit frère et votre sœur, ainsi que votre fille, Madame.
  • J’espère que ce ne sera pas dans quinze ans.

Les mots de la jeune bonne sonne comme un glas, mais l’inspecteur se ressaisit et lui dit avec gentillesse mais fermeté :

  • Si il y a 15 ans des erreurs ont été commises nous allons grâce à celles- ci pouvoir rebondir et orienter nos recherches dans une autre direction, nous apprenons toujours de nos fautes.

La jeune femme se trouble et fond en larmes, Serena la prend dans ses bras et la console, à deux elles se serrent les coudes. Une fois la porte refermée, la belle-mère d’Amaury le convie à la suivre, la petite fille est toujours accrochée à ce grand frère qui est tombé du ciel, ils se rendent dans une chambre spacieuse qui est celle qu’il avait enfant. Il prend possession des lieux avec Rebecca assise sur le lit qui papote comme le font toutes les petites filles de son âge. Il cherche dans son sac son téléphone portable et ne le trouve pas, il va demander d’appeler sa famille d’accueil, ce que lui laisse faire Serena.

  • Tatie c’est moi
  • Ah Amaury, cela se passe bien, aurais-je oublié quelques choses que tu me téléphones
  • Oui mon portable
  • Je ne l’ai pas trouvé, ou l’avais tu mis ?
  • Dans ma chambre sur ma tablette
  • Je veux bien retourner voir mais je n’ai rien vu tout-à-l’heure
  • Ah !
  • Aurais-tu peur de l’avoir perdu,
  • Non ? je pense savoir.
  • Sandie
  • Oui, et je raccroche je dois appeler l’inspecteur.

Il trouve près du téléphone fixe un portable, c’est sa belle-mère qui l’a déposé pour lui laisser un peu d’intimité. Il regagne sa chambre et appelle le Commandant.

  • Bonjour je suis Amaury et je voudrais parler à l’inspecteur chargé de la disparition des deux enfants.
  • Qui êtes-vous ?
  • Je suis le premier enfant enlevé

Amaury entend des chuchotements, et rapidement on le met en relation avec l’OPJ chargé de l’enquête.

  • Tu as des ennuis Amaury ?
  • Non, mais ma sœur Sandie m’a piqué mon téléphone et je sais que vous pouvez localiser ce dernier.
  • Oui, en effet, donne-moi les renseignements dont j’ai besoin et je vais essayer de la tracer, j’espère que j’aurais d’ici quelques heures de bonnes raisons de te rappeler, en attendant je te conseille de ne pas bouger de chez ton père.
  • Je n’en n’ai nullement l’intention, j’attends ma mère d’accueil elle doit m’apporter mon ordinateur et du courrier que j’ai reçu.

L’inspecteur et Amaury raccrochent, chacun espère le même dénouement, tout au moins en ce qui concerne Amaury pour sa jeune sœur. Mais où est passé Sandie se demande Amaury, pourquoi se cache-t-elle et pourquoi ne lui a –t-elle pas donné le moindre signe. Elle doit bien se douter qu’il se fait du souci, mais il est vrai qu’ils ont tous les deux changés, et ni l’un ni l’autre ne sait comment l’autre peut réagir à des situations pareilles.

Sandie quant à elle a réussis à entraîner son jeune amoureux transi, le commis du restaurant de la rue du bar dans sa quête de son passé. Pendant la nuit où ils ont énormément discutés, elle lui a avoué et raconté qu’elle cherchait sa mère, qu’elle se demandait si c’était cette « Mado » dont lui avait parlé Marco. Dans la nuit elle avait convaincu Dorian de l’accompagner dans la campagne en direction du Mans, où elle pensait que la ferme pourrait se trouver, mais Dorian plus avisé avait pris une carte et tracer un rond et lui avait montré les différents endroits éloignés et dans la campagne de Tours. Autant dire il leur était impossible d’y aller sans moyen de locomotion, et chercher une ferme pâle souvenir d’une enfant de 5 ans c’était voué à l’échec. Mais c’était sans compter avec la détermination de Sandie. Auparavant il leur fallait trouver un moyen de locomotion, Dorian avait une bécane mais Sandie ne voulait pas y monter dessus, elle la trouvait trop vétuste, puis elle ne pouvait pas lui donner de l’argent, elle avait tout laissé chez son frère. Quand elle pensait à ce dernier elle se demandait quand est-ce qu’elle allait pouvoir le revoir. Aussi avant d’aller chercher la maison de son enfance, il lui fallait lui rendre son téléphone. Sans rien dire à Dorian partis à son travail, elle décide de se rendre à Tours.

La voici faisant le chemin en sens inverse, elle se remémore ce qui s’est passé à l’aller, et se demande si elle ne va pas se jeter dans la gueule du loup, mais son frère ne va pas justifier longtemps l’absence ou la perte de son GMS.

Pendant ce temps au Commissariat de Police, sur une carte on vient de s’apercevoir que le téléphone d’Amaury qui vient d’être localisé, bouge. Il y a de grandes chances pour que Sandie revienne sur Tours, une souricière est mise en place pour cueillir à la fois la fugueuse, mais aussi pour lui permettre qu’à son tour elle connaisse son histoire. C’est Amaury qui va servir d’appât. Il va se rendre accompagné dans un premier temps par l’inspecteur au domicile de sa famille d’accueil où il attendra que sa sœur surgisse, après ce ne sera plus son affaire, il espère toutefois que cette dernière ne sera pas trop récalcitrante à se laisser attraper. Sandie pendant ce temps continue son chemin, tout en étant fort vigilante, elle ne veut pas retomber dans les griffes ni de Marco, ni de la police, ni de son foyer ou de la tante exécrable. Il lui faut être attentive et déceler toute anomalie, voire une filature, aussi se retourne-t-elle souvent lorsqu’elle aborde les rues plus passagères de Tours. Enfin la voici dans le vieux Tours, bientôt elle sera devant la maison cossue de la famille d’accueil de  Théo. Mais ne serait-ce pas lui qui marche tête baissée dans sa direction. En effet son frère vient d’apparaître au détour de la rue la plus passante de Tours, il a l’air dans ses pensées, aussi Sandie s’approche doucement de lui pour lui faire peur. Mais rien ne va se passer comme elle espérait.

A suivre

Commentaires

  1. Super ! Rien ne va se passer comme elle l’entend, oui … mais dans le sens que tu l’entends et que nous aussi, nous attentons avec impatience ! J’adore ça, EvaJoe ! Douce soirée,
    Bisous♥

  2. De jolies retrouvailles déjà et ce n’est pas fini sans doute, après quelques péripéties.
    Mais que va-t-il se passer ?
    Bises et à très vite.

  3. Commentaire de Martine

    Ah, nous retrouvons Sandie et ses questions de lapin en fuite.
    Un inspecteur, si humain et compréhensif, qui se bouge pour résoudre , finalement, deux affaires. .
    Un jeune frère heureux de retrouver sa famille et qui tente de rassembler tout son monde autour de lui.

    Et tu nous laisses , comme à ton habitude, sur le grill de la curiosité. Je vais attendre cette suite avec, tu t’en doutes, de la fébrilité. C’est vraiment super! Merci Evajoe
    Gros bisous
    😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.