Des disparitions inquiétantes ( La traversée dangereuse )

DEUXIÈME PARTIE

Trois mois plus tard, les gendarmes n’ont toujours pas retrouvés Mario, mais pire encore le principal témoin a disparu. Un matin alors qu’elle venait de recevoir une convocation pour expliquer à nouveau les circonstances de la disparition de son ami, Maud ne s’était pas présentée au poste de police qui avait repris l’enquête sur la mort suspecte de ce professeur, et aussi de la tentative d’assassinat sur le douanier. Inquiète l’officier de police l’avait signalé à son chef, qui, dans un premier temps l’avait mis sur  le fait que Maud en avait surement marre de répéter à l’infini les deux ou trois choses qu’elle avait osé leur dire, mais il l’avait senti réticente à s’engager plus loin contre celui qu’elle aimait, et avait émis quelques regrets d’avoir été le dénoncer, car elle doutait et ce avec du recul sur sa réelle culpabilité. Elle leur a même dit l’avoir fait car il s’était plus ou moins embrouillés voire disputés ce qui avait alarmé les enquêteurs pensant plus à une dispute entre amoureux qui avait tourné au drame. Finalement l’officier décide d’envoyer chez Maud deux agents, non pour la forcer à venir, mais pour lui poser quelques questions, le faire à son domicile sera moins contraignant et elle aura moins l’impression qu’il la soupçonne. Hélas ils étaient revenus bredouille et pire encore, la concierge avait signalée que le courrier de la jeune dame s’entassait dans sa boîte aux lettres. Elle n’avait pas relevé son courrier depuis quinze jours et la convocation au Commissariat pouvait rester lettre morte vu qu’elle n’avait pas été ouverte.

Dans l’après-midi de ce même jour, deux inspecteurs se rendent au domicile de la jeune femme, dans l’appartement que la concierge a ouvert, les policiers retrouvent tous ses papiers, son téléphone ainsi que celui de son compagnon, sur celui-ci il y a un message qui date de deux jours et qui interpellent les enquêteurs. :

« Si tu as eu l’idée de laisser ouvert mon téléphone tu me rejoindras là où nous nous sommes vus pour la dernière fois. Laisse tout derrière toi nous recommencerons à zéro. » Si dans deux jours tu n’es pas venu, je partirais au bout du monde à tout jamais. »

Hélas Maud n’a jamais dit le lieu exact où elle se trouvait lorsque son compagnon a disparu, c’était une des raisons qui faisaient que ces Messieurs voulaient la questionner un peu plus, elle avait toujours laissé planer un doute, tantôt c’était dans les Vosges, parfois dans le Jura. Elle parlait du fort dominant Belfort, mais n’arrivait pas à le situer, ce qui avait fait dire aux enquêteurs c’est que la demoiselle cachait quelques choses, et, au moment où ils espéraient le savoir, elle disparaissait.

Deux semaines plus tard sur le journal « l’Est Républicain » un gros titre fait la « Une » dans le Doubs. On ne parle que de ça, une jeune femme a été retrouvée en bas des échelles de la mort. Personne ne sait comment elle a pu se retrouver là, personne ne sait quoique ce soit la concernant. La jeune femme n’est pas morte, elle est blessée mais amochée à vie, elle a la colonne vertébrale de fracturée, elle restera paralysée. Pour l’instant elle ne peut pas témoigner elle est dans le coma. De plus elle a le visage écrasée, comme si on s’était acharné sur elle à coup de pieds ou jeté du haut de l’échelle de la mort. Il y a une corde neuve qui pend dans le vide.

A suivre…

Commentaires

  1. Bon, je viens de lire les deux derniers épisodes, passionnant !
    Le mystère s’épaissit.
    Je viens juste de rentrer et ma mère a eu une super fête, elle est contente.
    Bisous, chère amie.

  2. Bonjour Evajoe,

    Quand je dis que tu es un maître du suspense. Oh la!la! Tu nous laisses dans un abîme de questions. Où est Mario? Et Maud? est-ce que c’est elle l’inconnue fracassée au bas de ces échelles?
    Gros bisous!!!

Répondre à Martine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.