Consentante.

 

 

Tu sais je t’ai vu l’autre jour

tu étais caché dans la grande masure

celle ou enfants nous jouions

tu étais mon chevalier

j’étais la belle emprisonnée

tu m’as toujours délivré

plus tard tu me couchais dans le pré

je me laissais faire

tu caressais mon corps d’adolescente

comme j’aimais tes beaux yeux verts

et tes mains de velours

nous étions insouciants

nous ne connaissions rien de la vie.

Dès que ton père a su ils nous a séparé

la fille du jardinier n’était pas une femme à aimer

toi le fils du comte de Montchanin

moi, une parvenue

toi déjà un Monsieur.

 

Il t’a envoyé à la ville

loin de la soubrette

comme ton père disait

tu es devenu un grand Monsieur

un avocat qui plaide des causes perdues

ce qui fait rire ton père

même pleurer je l’ai vu

Sais tu ce que je suis devenue?

Dans notre cachette il y a ma lettre

j’espère que tu vas la trouver

et j’attends ta réponse

Oh mon bien aimé comme je t’aime!

A présent je suis une femme

mon corps a besoin de tes caresses

je pense à toi couchée dans la paille.

J’espère dans la nuit sombre

te voir franchir cette  porte vermoulue

Tiens, elle grince serait ce toi?

 

Des jours ont passés

j’ai guetté ta venue 

mais personne n’est apparue.

Me voici à nouveau nue

dans la vieille ferme abandonnée

celle de nos jeux d’autrefois.

Soudain un bruit, je me couvre

Une lampe s’allume

je te reconnais, tu as vieillis

mais tu es toujours bel homme

je me redresse et apparaît à ton regard

nue comme Eve devant Adam

Sauvage, rebelle comme autrefois

Tu te jettes sur moi et me dévore

ta bouche impatiente se glisse en moi

tes mains caressent mon corps offert.

Oublions le passé, nous sommes adultes

et libre de s’aimer sans contrainte.

 

Nos corps entrelacés, nos souffles mêlés

aucun bruit à l’extérieur

seul le vent dans les grands arbres

Tu me pénètres comme un sauvage

tu sais que j’aimais autrefois

je n’ai pas changé tu vois.

Je gémis sous tes assauts répétés

tu me fais l’amour encore et encore

puis épuisés nous nous endormons

A mon réveil tu n’es plus là

je vois encore la trace de ton corps

sur cette couche improvisée

une lettre à mes côtés

je la tourne entre mes mains

les premiers mots dansent sous mes yeux

tu es marié, j’arrive trop tard.

Mais si je veux tu reviendras.

Un cri résonne dans la nuit, c’est le mien.

 

Je sais que lorsque tu auras lu ma lettre

tu reviendras, au moins pour cet enfant

le notre, le tien, le mien

il connait tout de toi , je lui ai dit

Il a déjà 15ans,  j’étais si jeune.

Mineur ont dit mes parents

et toi déjà un adulte, qu’importe

Reviens je t’aime, nous t’aimons.

 

 

 

Une précision, tout cela est purement imaginaire, au lieu de l’écrire sous forme de nouvelles je vous l’offre ainsi. Que chacun
mette la fin qu’il aimerai lire…

 

 

 

 

 

Commentaires

  1. Le Monsieur est revenu la queue entre les jambes mais la soubrette n’en voulait plus lasse de trop l’attendre d’ailleurs le fils du pharmacien a donné un nom à l’enfant et respectabilité à celle
    que l’on salue Madame.

    J’ai laissé mon imagination courir…j’espère que ça te plais

  2. Bonjour ma Eva
    Moi j’aime les fins heureuse !
    Purement imaginaire mais combien beau
    j’espère que tu vas bien
    je te souhaite une belle journée et te fais de gros bisous parfumés
    juste pour te dire que je ne t’oublie pas!

  3. merci Eva pour tes quelques mots pour océane

    bisous

    elle a chuté dans l’escalier de l’école, commotion+ fracture de l’avant bras droit, et ensuite forte fièvre

    Elle a besoin de sa Maman.

  4. Quelle belle histoire…!
    Voilà qui donne envie de continuer ma visite!
    Je suis déjà passé par chez toi je me souviens, et je pense que j’y reviendrai plus souvent!

  5. Bonsoir EvaJoe,

    J’aime les histoires qui se terminent bien, mais ce n’est pas toujours le cas pour ce genre de situations malheureusement.

    Douce nuit,

    Cathy.

  6. Oui Eva joe, j’aime tes mots, mais je t’aime avant toute chose.

    J’ai senti au travers de tes mots qu’il revenait, mais aussi une certaine soumission de la parte de cette femme éprise d’un homme “illustre” qui lui a fait sa vie.

    Mais on sent chez cet qu’il s’est crée une vie artificielle et ce qu’il vient chercher dans le non dit, c’est une vrai romance, une vrai passion, qu’il ne pourra pas vivre dans l’absolu, au
    détriment d’une vie standardisée.

    bisous et bonne journée

    Le Noctamplume

    PS: à tu reçu mon mail?

  7. Il y a là beaucoup de sentiment. Une histoire qui, bien qu’imaginaire, a le ton du vrai avec ses larmes et ses cris de joie, une histoire humaine, une histoire forte.
    Merci Eva. Bisous
    Alain

  8. Je ne peux pas écrire “jolie histoire” ni “triste histoire”. C’est une histoire qui peut tirer des larmes et de l’émotion. Accident de la vie… Je ne cherche pas de fin à ton histoire, j’en
    envisage plusieurs, comme ça, pour moi. La vie réserve tellement de surprises réellement inattendues.
    Bonne soirée et à bientôt.

  9. Une histoire très bien écrite. Beaucoup de jeunes filles se sont trouvées dans cette situation, hélàs. Ont-elles pu retrouver leur amour perdu ? pas sûr malheureusement car la vie ne le permet pas
    toujours. A l’époque, i y avait les apparences à sauver. Mais celà n’empêchait pas l’amour. Je t’embrasse.

  10. Bonsoir Eva,

    Merci pour cette agréable lecture entre rêve et imaginaire. Puisque l’amour est plus fort que tout, il reviendra. La fin de ton histoire est très touchante. Bisous et douce soirée Eva. Corinne.

  11. Re coucou EvaJoe !!! Sourire
    Une bien belle et “triste” histoire d’Amour… Parfois, ce sentiment si Puissant n’est pas que fait de “Pureté”… Soupir
    Mais j’ai beaucoup aimé, cette histoire d’Amour inachevée… immense sourire
    Bon et très doux mardi… Excellente semaine ensoleillée EvaJoe !!! intense sourire
    Mille tendres Bisoudoux
    ***Tincky***

  12. Une très belle romance mon amie mais héla une fois de plus l’homme n’assure pas la finalité. La nuit à du être longue pour que ton imaginaire nous offre ce bel écrit.

    Bisous de Roger

  13. Bonjour chère EvaJoé,
    Me voila revenue “au pays” !
    L’histoire que tu as joliment écrite était courante, peut-être l’est-ce un peu moins maintenant, quoique ?
    Je t’embrasse bien amicalement.

  14. Elle est toujours “la belle emprisonnée”, emprisonnée par son amour !
    Même si l’histoire a un goût amer, c’est tellement beau de les imaginer dans cette masure où ils jouaient enfants…
    Et j’aime infiniment ce “nous t’aimons” à la fin, qui donne à ta composition une note encore plus attachante !
    L’amour est ce sentiment instinctif, presqu’animal, qu’aucune logique, aucune raison ne peuvent empêcher de s’épanouir …Tôt ou tard, les vrais sentiments se raniment…
    Je ne trouve plus trop mes mots (je suis un oiseau …de jour moi !), ze te fais donc de gros gros bisous : Sabine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.