Troublante histoire (D)

Les Carmagoles (5/5)

Le lendemain matin Madame Tibérotte se plaignait de douleur dans l’œsophage. On  lui avait administré un produit dans son goutte à goutte, lequel s’avérait au petit matin fort dangereux.

Avec l’autorisation de son chef, Éric s’était rendu dans la loge de la concierge afin de récupérer le coffret marron dont sa tante lui avait parlé. Mais hélas il avait fallu se rendre à l’évidence il avait disparu, emporté dans la fouille systématique du mystérieux voleur. C’était le retour aux suppositions et autres supputations de la police.

  • Que pouvait bien contenir ce coffre ?

Selon ce qu’en avait dit la tante d’Éric, ce coffre contenait vingt mille €uros, une reconnaissance de dette de deux millions d’€ d’un certain Monsieur Fauchet ou Fouchet, Éric n’avait pas bien compris et surtout sa tante ne lui avait rien dit d’autre le concernant. Des bons du trésor, un lingot d’or, et surtout la fameuse recette des Carmagoles ; celle que tout le monde recherchait.

Qui avait mis la main dessus ? Ce Monsieur F ? Cette gamine délurée qui voulait louer l’appartement du fils de Carmagole, un autre homme. Personne n’avait la réponse. La pauvre concierge était dans l’impossibilité de répondre à leurs questions. On ignorait si elle allait s’en sortir ; son état s’aggravait d’heure en heure. Pourquoi avait-elle voulue jouer seule dans un monde bien noir ?

Le chef de la brigade est réveillé en pleine nuit, il a de grosses gouttes de transpiration qui lui tombe de son front, il vient de réaliser qu’il a oublié de mettre un de ses hommes en faction devant la porte de la tante d’Eric. Il ne va pas y aller lui-même, il va appeler le petit Ludo et demain il avisera pour les tours de garde. Aussitôt dit aussitôt fait, mais moins d’une heure plus tard c’est le coup du sort, il est rattrapé par les évènements. Le petit Ludo vient de le rappeler Madame la concierge a disparue. Personne ne l’a vu sortir ni sur un chariot, ni en marchant ; la vidéo surveillance ne donne rien, on ne voit qu’une infirmière, qui, son poste terminé regagne sa clio jaune.

Le lendemain, personne n’a retrouvé la  concierge, à croire qu’elle s’est volatilisée dans la nature. Éric ne sait rien, chez elle, elle n’a pas donné signe de vie, chez son employeur pas mieux. Disparue corps et bien. C’est à y perdre son latin.

Tout le monde se perds en conjoncture, a-t-elle pris la poudre d’escampette, a-t-elle été enlevé ? Nul ne peut répondre aux questions que tous se posent ?

Les semaines passent interminable, la concierge s’est volatilisée, plus personne n’a eu de ses nouvelles, jusquà ce matin 10 décembre où Éric son neveu a reçu un drôle de courrier.

Comme tous les matins avant de prendre son travail Éric va à sa boîte à lettres récupérer son courrier, ce matin il est intrigué par une lettre rose, qui peut bien lui envoyer pareille missive. De plus une odeur de lilas s’en échappe. Il l’ouvre à l’aide de son coupe-papier afin de ne pas l’abimer, il en sort trois cartes postales la première a été écrite des Îles Maldives, elle est  signé d’une amie qui vous veut du bien. La seconde vient des Seychelles, dessus il y a un rébus qu’il s’applique à déchiffrer, il comprend que c’est sa tante qui lui envoie un message mais ne voit pas ce qu’elle fait si loin. Quant à la troisième elle vient d’un petit village du Centre de la France. Cette dernière a été oblitérée et ne date pas d’aujourd’hui. La date qu’il arrive à lire avec sa loupe est du 10/12/1945 ; qui a bien pu l’écrire ? Il est question de la disparition d’un enfant qui a eu lieu pendant ses jours troubles. Etrange, pourquoi sa tante a en sa possession pareille courrier, pourquoi lui l’adresse-t-elle ? Et surtout qu’est-ce qu’elle fait là-bas aux Seychelles. Mais la fameuse lettre rose contient d’autres feuillets très minces. Il les consultera ce soir. Tout en roulant il se demande s’il doit en informer ses chefs. Pour l’instant il attendra et avisera, personne ne peut savoir que sa tante ou une personne la représentant lui aurai adressé cette missive.

Tout en roulant et au vu de ce que cette enveloppe contenant sa tante était une bonne comédienne, elle avait parlé d’un homme bizarre qui rodait autour d’elle, puis on avait découvert que son goutte à goutte ne contenait pas du glucose mais un médicament d’origine inconnu, ensuite elle râlait, il avait pensé que le lendemain sa tante serai décédée, mais le lendemain elle avait disparue, aux dires des médecins elle avait été enlevée car elle ne pouvait pas au vu du produit administré  être sorti par elle-même de la chambre, elle avait obligatoirement un complice pour Éric, un kidnappeur pour ses chefs. Sa tante avait tout organisé maintenant il en était certain. Décidément à qui se confier si même une femme d’une cinquantaine d’années se jouaient de lui puis des forces de police.

Mais pourquoi la mettait-elle dans la confidence, qu’est-ce que tout cela pouvait bien cacher ? Avant d’aller travailler il lui faut consulter les autres papiers, mais hélas c’est peine perdue il lui faut un matériel qu’il n’a pas dans sa voiture, ce sont des microfilms. Au bureau j’emprunterais le lecteur et de cette façon ce soir j’en prendrais connaissance. Comme je fais beaucoup de généalogie je l’utilise assez souvent. Une fois de plus ou de moins, peu importe.

La journée s’écoule sans aucune anicroche, rapidement le soir je consigne dans le livre mon emprunt et me précipite à mon domicile afin de consulter ce que m’a envoyé ma tante.

Mes premières découvertes me prennent rapidement la tête ce sont des suites de chiffres accrochés les uns aux autres qui me laissent dubitatif. Ma tante a dû récupérer un tas de papier chez elle, elle me les envoie pensant que je pourrais l’aider, mais je n’en comprends ni le sens ni la raison pour laquelle, elle me les a adressé.

On n’est bien loin de la mort de ce jeune homme et je me demande même si cela a un rapport entre les deux affaires. Sa tante d’une part, le meurtre du jeune homme, qu’est-ce qui les relie, en dehors des Carmagoles il ne voit rien de probant. Que viennent faire ces gâteaux avec ces micro films, et cette disparition d’enfant qu’elle en est le fil conducteur ? 

Un casse-tête dont il se serai bien passé. Pourquoi avoir ms une recette sur des micros films, qui a voulu s’en emparer, de qui se cachait-on ?

Il étale devant lui une grande feuille et a noté les noms de ceux qui sont concernés, leur date de naissance quand il les connait, le lieu où ils sont nés.

En haut la date de la première carmagole c’est le 1 er janvier 1920, car Éric est persuadé que ce sont bien ces fameux gâteaux qui sont à l’origine de tout cet imbroglio. Que contenait la première mignardise ? Du massepain puis une ganache de chocolat le tout enrobé de meringue, mais Éric sent qu’il y a un loup, la recette ressemble mais ce n’est pas vraiment la recette. Aussi après un temps de réflexion il voit que le changement s’est opéré après 1945, il ne sait pas ce que cette découverte va lui apporter. Comment les gens de l’époque se sont-ils fait berner ? On était dans des moments troubles, on n’avait pas tous les produits, possible qu’ils aient décidés de les faire ainsi par raison de commodités et de prix. Éric met côte à côte les deux recettes et il faut bien se rendre à l’évidence il  se retrouve bien face à deux choses différentes. Actuellement seules les pâtisseries Carmagoles ont le droit de la vendre. Dès le lendemain matin, Éric qui est de congés va faire le tour des pâtisseries voisines, il y a bien deux carmagoles en vente sur le marché, il décide de se rendre sur la côte pour le vérifier, et là c’est la recette de 1945 qui est vendue y compris dans les pâtisseries qui ont le logo carmagole. Il ne veut pas lancer une polémique, mais il doit savoir si les gérants de cette pâtisserie sont au courant de leur bévue. D’un pas résolu il entre dans le commerce et demande  à parler à celui qui fait les gâteaux et autres viennoiseries.

  • Bonjour Monsieur en quoi puis-je vous être utile ?
  • Je suis un descendant de la famille Carmagole et j’aurai aimé comprendre la raison pour laquelle vous avez à la fois le logo et la raison pour laquelle votre gâteau ne correspond pas à la recette originale.
  • Première nouvelle ! Quelle est la différence ?
  • C’est entre le massepain
  • Leur cuisson ?
  • Non !
  • Alors quoi ?

Il semble à Éric que le Monsieur n’a pas l’air content qu’il puisse lui faire la leçon, mais il doit être un peu trop à l’affût du moindre problème, il lui faut se détendre, ce n’est pas une enquête c’est juste un moment de détente qui lui permet d’être un fin limier.

  • Alors ? Monsieur j’attends,
  • C’est le massepain dans la recette initiale il ne vient pas recouvrir le gâteau c’est la meringue qui le recouvre d’où parfois le changement de couleurs dans les gâteaux qui sont mises en vente de nos jours. Or les vôtres ont toujours la couleur du massepain.
  • Montrez-moi votre recette ?
  • Non, vous devez juste me dire comment cette recette vous a été transmises, pour le reste vous ferez comme vous voudrez mais je pense que l’on vous demandera d’ôter le logo.

Le pâtissier semble abasourdi, mais il ne dit rien, il sait qu’il a repris la recette de son beau-père qui la tenait d’une des filles de feu Monsieur Carmagole, et ce juste fin 1945.

Lorsqu’Éric s’en va il voit bien que tout tourne autour de cette année de fin de guerre. Il songe que les filles auraient pu avoir une recette, les garçons une autre, mais tout cela lui parait loufoque et improbable. Sous une même dénomination on n’a pas deux recettes, il y en a forcément une qui n’est pas la bonne mais pour l’instant il ne peut pas le déterminer, mais il espère qu’avec ce fouillis de papier qu’il a en sa possession il va découvrir le fil conducteur qui va le mener vers celui ou celle qui détient la vérité.

4 réponses à Troublante histoire (D)

  • Martine dit :

    Les choses se compliquent. On parle de reconnaissance de dette, d’une recette de gâteau, d’un meurtre, d’une disparition de concierge… et on remonte le temps. Ton récit se densifie et est intrigant. Chouette alors! 🙂
    gros bisous!!!!

  • Renée dit :

    Mince des soucis de santé Eva rien de grave j’espère…….Soigne toi bien même si l’intrigue est justement intrigante on peut tout de même attendre que tu ailles tout a fait bien. Gros bisoussss

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe
Rejoignez moi dans mon imaginaire