Troublante histoire/ A

Les Carmagoles ( chapitre 2/5)

 

 

Lorsque la police est arrivée la vie de l’immeuble en a été chamboulée ils couraient dans tous les sens, posaient des questions n’écoutaient pas les réponses, mais dans l’ensemble tout cela avait été mené de main de maître par le Commissaire et ses hommes. Son petit neveu, madame la concierge ne l‘avait retrouvé qu’au moment des interrogatoires ceux-ci avaient été menés tambour battant. Mais personne n’avait pu fournir de précieux indices à la police, Hervé de la Carmagole  avait été assassiné mais personne ne pouvait savoir s’il avait été tué dans l’entrée car tous avaient un alibi.

 

Il avait une plaie béante à la tête due à un objet contendant, rien n’avait été retrouvé à proximité, juste le cadavre de ce jeune étudiant.

Les langues allaient bon train mais cela n’aidaient en rien la police. Une semaine s’est écoulée sans que rien ne vienne changer le cours des choses, les policiers avaient fouillé de fond en comble l’appartement du jeune homme, rien ne supposait qu’il soit revenu après sa longue disparition. Il ne s’était pas volatilisé, une personne avait dû l’héberger qui l’avait ramené ? Et surtout pour quelle raison l’avait-on assassiné.

Que de questions laissées sans réponse. ?

La vie a repris son cours lentement, les traces de sang se sont estompées. Les enfants du cinquième jouaient toujours dans les escaliers et la concierge les dispute toujours mais ils la nargue en lui tirant la langue.

Son petit neveu lui avait donné des renseignements concernant l’enquête enfin jusque ce qu’il fallait. Les Carmagoles étaient à la recherche de la recette de leurs friandises qui avait été volée lors de l’assassinat du jeune étudiant. Enfin c’est ce que prétendait un de ses frères, mais la concierge était certaine que personne n’était venu au septième étage, elle possédait la clef car le jeune homme lui avait demandé menu petit travaux en son absence, et de ce fait personne n’avait fait main basse sur quoi que ce soit. Mais pourquoi allait-on croire une concierge ?

Ce lundi matin soit huit jours après la mort du petit jeune homme elle était allée ouvrir les volets de la grande pièce, la famille avait enlevé les meubles, elle s’était mise à frotter de fond en comble l’appartement afin de le proposer à un éventuel étudiant sans logement. Bien entendu que ce serai plus difficile vu l’époque à laquelle on était, les étudiants avaient tous un appartement, mais la chance avait joué en sa faveur. Deux jours plus tard une jeune fille l’avait abordé dans la rue :

  • Etes-vous Madame Tiberotte ?
  • Oui, que me voulez-vous ?
  • Vous avez bien un appartement vide dans votre immeuble ?
  • Oui, mais il faut passer par l’agence, moi je ne suis que la concierge.
  • Je sais mais est-ce que je peux le visiter ?
  • Quand aimeriez-vous le visiter ?
  • De suite ;
  • Venez dans une heure et je vous le laisserait visiter.

Cette jeune fille était fort polie mais il y avait quelques choses en elle qui la dérangeait mais elle n’arrivait pas à trouver ce qui clochait ; bah, elle verrait bien une fois la visite passée ce qui semblait la chagriner.

A 15 h tapante, la petite demoiselle était arrivée accompagné par un vieux Monsieur qu’elle lui avait présenté comme étant son mentor. Mentor ou pas cet homme lui déplaisait encore plus que la jeune fille, il avait le cheveu gras, un regard fuyant, la lèvre épaisse masquée à moitié par une moustache façon Hitler, le teint jaunâtre comme un homme qui boit, et surtout un gros nez rouge preuve de ce qu’elle avançait. La gamine était habillée comme ces jeunes qui trainent dans des vêtements amples cachant je ne sais quoi car elle n’avait que la peau sur les os. Elle portait un sarouel verdâtre, un béret d’une couleur aubergine, une espèce de boléro noir ; le tout avec un sac à provision de couleur bleue qu’elle tenait en bandoulière sur son épaule. Aux pieds des chaussures rouges qui lui faisaient penser aux chaussures de clowns qu’elle voyait naguère au cirque. Bref, elle se demandait qui était ses deux énergumènes et si c’était sage de les emmener dans un lieu qui avait déjà été témoin d’un drame, même s’il s’avérait que le jeune étudiant n’avait pas été agressé dans sa chambre.

De suite la visite de l’appartement avait encore alertée la concierge, ces deux-là connaissaient le mort ils en parlaient à voix haute sans se gêner. Ils furetaient dans tous les coins et recoins. Est-ce que par hasard ils voulaient habiter là pour mettre la main sur la fameuse recette ? Hélas, la sonnette de la loge lui rappelle qu’elle doit répondre, elle les laisse après tout il n’y a rien à voler la police a fait son travail sonder tous les murs rien il  n’y a rien. Elle leur demande juste de claquer la porte en sortant.

Ce n’est que deux heures plus tard que la jeune fille seule se présente à sa loge, et lui demande l’adresse de l’agence. Elle lui la donne en lui demandant toutefois où se trouve son mentor, elle rit, et ajoute il est partis, il va me servir de caution car je n’ai pas le rond.

Madame la concierge va s’aventurer sur le terrain qu’elle affectionne le plus tiré les vers du nez à une personne qui ne s’en doute pas. Elle excelle dans ce domaine. Elle l’invite à entrer chez elle pour lui remettre la carte de l’agence puis de fil en aiguille lui propose une boisson, la gamine assez délurée lui demande une bière, elle a ça dans son frigo. La petite refuse le verre et boit à même le goulot ; madame Rose rit sous cape, elle va vite tomber dans ses filets comme tous les autres, sauf l’étudiant du septième.

Lui elle n’avait jamais eu l’occasion de lui parler ouvertement, il la fuyait c’était un taciturne, aucun ami pendant les six mois qu’il avait passé là, ni filles, ni garçons, personne.

Une fois la causette faîtes la gamine s’en est retournée chez elle, espérant bien habiter ici dès la fin de la semaine. J’en sais plus sur elle, qu’elle en sait sur moi se dit Madame Tiberotte ; elle fait des études aux beaux-arts l’homme c’est un de ses profs. Elle connaissait le descendant du pâtissier, c’était son chéri, mais elle n’était jamais venue chez lui. Ils se retrouvaient plus facilement dans un café voire ailleurs, mais là elle était resté silencieuse. La petite était émue elle ne voulait pas en tirer profit. Elles n’avaient ni l’une ni l’autre abordé cette fameuse recette, mais elle n’était pas dupe, deux heures dans un appartement qui fait seulement 35 m2 c’est qu’ils avaient cherché. Pourquoi telle était la question ?

 

 

5 réponses à Troublante histoire/ A

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe
Rejoignez moi dans mon imaginaire