Face au vent (suite 2)

Lorsque Stéphanie ouvre enfin les yeux, elle a devant elle le visage de son père, elle est allongée à même le sol de la piste d’atterrissage, ses yeux commencent à s’habituer à la luminosité du mois de juillet. Une odeur de kérosène a envahie l’atmosphère.  Un va et viens de pompiers lui laisse présager rien de bon mais pour l’instant elle reprend ses esprits et cherche des yeux son amie Sophie. C’est un visage angoissé qui se tourne vers son père:

  • Papa où est Sophie?
  • Sophie était avec toi?
  • Oui, tout près de moi, elle m’a même crié dépêche toi de sortir il y a deux types qui arrosent les avions, je ne voulais pas sortir, je voulais sauver mon avion.
  • Ton avion a été sauvé, mais hélas je ne dirais pas pareille des autres avions. Pour l’instant les dégâts ne sont pas encore estimés, mais la chose la plus importante c’est de retrouver Sophie, elle a dû sortir quand elle a vu que tu ne le faisais pas.
  • C’est impossible papa, au moment de l’explosion elle me tirait par le bras, on  se donnait la main;  où m’as-tu retrouvé?
  • Ce n’est pas moi c’est ton oncle qui est allé à l’intérieur qui t’as ramené, il t’avait vu passer devant sa fenêtre et se souvenait que c’était aujourd’hui que tu passais ton brevet. Quand il a entendu l’explosion, il s’est précipité et il est rentré dans le hangar en feu au mépris des recommandations des pompiers qui étaient déjà arrivés sur les lieux. D’ailleurs qui les a appelés?
  • C’est moi papa, car j’ai trouvé Gérard affalé dans les escaliers, mais je pense qu’il est mort.
  • Gérard est mort!
  • Papa qu’as-tu?

Son père cet homme qui a ses yeux est immense, vient de vaciller en entendant que son ami Gérard est peut-être mort si ce n’est d’une manière encore inexpliqués, il est certain que s’il était vivant, il est mort dans l’incendie qui fait encore rage. Son regard bleu se voile de larmes, il est secoué de sanglot, il doit se ressaisir, sa fille est à demi  consciente, un pompier passe à proximité, il lui fait signe:

  • s’il vous plaît pouvez-vous me dire si vous avez trouvé d’autres personnes à l’intérieur. Et pouvez-vous m’envoyer un médecin, ma fille est plutôt mal en point.
  • C’était justement votre fille que je venais voir, votre frère m’a averti qu’il venait de la récupérer. En ce qui concerne votre hangar, nous avons retrouvé un corps dans l’escalier qui menait au bureau, mais il n’est pas mort à cause de l’ incendie il a reçu un coup sur la tête qui a dû le tuer sur le coup. Nous avons aussi trouvés un homme qui n’a pas eu le temps de s’échapper il avait encore la main collée sur un jerrikan mais je pense que pour lui tout est finis car il était brûler aux trois quart du corps. 
  • Avez-vous trouvé l’amie de ma fille?
  • Non, il n’y avait personne d’autres.
  • Vous en êtes certain?
  • Oui, mais laissez-moi m’occuper de votre fille. Elle a quel âge? 
  • Dix sept ans
  • 17? Ah je ne lui en donnait que 13, elle n’a pas eu une croissance normale.
  • En Afrique il y a 17 ans elle a contracté une maladie infectieuse, à l’époque les médecins n’ont pas su nous dire ce qu’il s’était passé exactement.
  • C’est la raison qui vous a fait revenir en France?
  • Oui, et surtout que mon frère avait besoin de moi pour mettre en marche notre entreprise d’ULM.

Il a pris le temps d’examiner Stéphanie, elle n’est pas brûlée juste choquée par la déflagration et le fait que la malédiction est à nouveau refait surface. Toutefois il la trouve un tantinet agité et lui prescrit un léger sédatif pour qu’elle puisse reposer son cerveau en ébullition.Puis il demande à son père de l’emmener, mais ce dernier refuse de quitter l’aérodrome, aussi il confie sa fille à un pompier qui va la ramener à leur domicile. Son frère le rejoint et ils attendent les premières constatations d’usage après cet incendie qui se révèle criminelle. Puis Sophie est une jeune fille qu’il connait bien,  il aimerait bien savoir ce qu’il lui est arrivé. Il espère que la jeune fille a juste été choquée comme Stéphanie et qu’elle sera rapidement retrouvée.

Quelques heures plus tard  aucun autre corps n’ a été trouvé. Gérard est mort et l’autre corps n’a pu encore donné un nom, son visage est en piteux état, seules ses empreintes digitales pourront être examinées, mais que de la main gauche, car la droite a littéralement disparue; c’est ce que lui a dit le pompier qui a aidé sa fille il y a quelques heures.

En fin de soirée, Fred le père de Stéphanie a rejoint son frère et sa belle-soeur ainsi que sa fille, il a joint sa femme qui est hôtesse de l’air du drame qui vient de les atteindre.Elle rentrera comme prévu le lendemain, il lui a demandé de ne pas modifier son voyage. Entre frères ils vont se serrer les coudes. Quand à Sophie ses parents sont effondrés, personne ne l’a vu et la seule chose qui  les console c’est qu’il n’y a aucun autre corps dans les décombres du hangar. Elle a donc réussis à fuir, mais où est-elle passée?

A suivre…

7 réponses à Face au vent (suite 2)

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe
Rejoignez moi dans mon imaginaire