Face au vent ( 8) Un véritable sac de nœuds

  • Mais ma chérie en dehors de la perte de notre ami, enfin je suppose, nous n’avons subis que des dégâts matériels, ta vie sera pareille, on va surmonter tout cela.
  • Papa, si Norbert n’est pas mort pourquoi nous espionne-t-il ?
  • Je ne sais pas Stéphanie, je ne comprends rien, je vais aller voir Guillaume, puis nous allons nous rendre à la police et leur expliquer ce que nous avons vu, aussi bien lui que moi.
  • Tu as raison papa, possible qu’il se soit trompé et que ce ne soit pas l’ADN de Norbert.
  • Je trouve cela troublant,

Stéphanie voit son père inquiet, elle n’ose l’interrompre et s’éloigne, elle regarde son avion avec ces belles couleurs jaune et orange, elle passe sa main dessus lorsqu’elle se sent épié, elle se retourne brutalement et elle voit à nouveau l’homme à la vareuse bleue. Décidément cet homme est pénible, veux-t-il achever son crime et les tuer tous. Rien que d’y penser, cela lui fait peur mais elle préfère faire demi-tour et se rendre auprès de son père, et elle ne lui dit pas que l’homme est à nouveau en train de les surveiller, car il s’agit bien d’une surveillance. Mais après qui en –a-t-il ? Son père ou elle ? Elle se demande ou en est l’enquête ? Son père lui en dira plus, mais pour l’instant il la dépose devant chez eux, et il se rend chez son ami Guillaume le père de Sophie, Fanne en profite pour appeler cette dernière et lui dire ce qu’elle a vu.

Les deux jeunes filles se donnent une semaine pour régler leurs attributions de logements dans leur Ecoles respectives, ensuite si rien ne s’est passé de nouveau elles mèneront l’enquête en attendant Kévin le frère de Sophie montera la garde autour du petit avion et essayera de voir si l’homme qui ressemble à son oncle n’est pas à l’affut dans le coin. Enfin rassurée Stéphanie rejoint sa mère et lui donne un coup de main pour le déjeuner. Lorsque son père est de retour il a la mine sombre et il éclate dès qu’il a franchi le sol de leur maison.

Ma mère essaye d’apaiser son courroux, mais c’est peine perdue, les enquêteurs l’ont pris pour un grand malade, même Guillaume en a subi les conséquences, mais tous les deux ne démordent pas, ils sont certain que cet homme veut soit leur parler, soit il cherche à commettre un geste répréhensible. Aussi Stéphanie bondi de joie lorsqu’elle entend son père dire :

  • Cet après-midi avant de partir pour Toulouse nous irons donner un coup de main à Guillaume, il a déniché dans son grenier une grande malle, mais il veut notre présence car il a trouvé des courriers qui ont été échangés entre mon grand-père et la grand-mère de sa femme.
  • Ce sont des lettres d’amour ?
  • Il ne les a pas ouvertes, mais je suppose que cela doit en être ;
  • des lettres d’amour mais ils ne se sont jamais mariés.
  • Nous avons toujours été très proches, ma mère a élevé Norbert et Anne, mais c’est tout ce dont je me souviens.
  • Ils étaient où les parents de Norbert et Anne ?

Mon père marque un instant de silence, ses yeux se voilent de larmes, je me sens toute petite et émue en voyant mon père éclaté en sanglot dans la minute qui suit.

  • Leurs parents sont morts dans un avion qui s’est écrasé en mer suite à un détournement, maman était leur nounou et je ne connais pas la raison pour laquelle c’est elle qui en a obtenu la garde complète.
  • On va peut-être le savoir en lisant les lettres de leur arrière-grand-mère et de ton arrière-grand-père.
  • Tu as beaucoup trop d’imagination ma fille, mais nous allons passer à table et nous rejoindrons mon frère.

Tout en mangeant je vois que mon père est dans ses pensées et moi j’espère que nous ne sommes pas parents avec Anne et Norbert sinon Anne ce serai marié avec son je ne sais même pas s’il faut dire cousins vu que c’est l’arrière-grand-père de papa et l’arrière-grand-mère d’Anne. Anne est déjà ma tante cela ne changerait rien sauf que l’on serait encore plus proche les uns des autres. Sophie n’a jamais dit en classe qu’elle était ma cousine, elle s’est toujours faîtes passer pour ma meilleure amie, je n’en n’ai jamais saisie la raison. Possible qu’elle sache plus de choses que moi.

Je ne l’ai jamais contredis, mais dans le village tout le monde savait que mon père et son père étaient frère. Toutefois notre village vivait en autarcie et jamais personne n’aurait dit un mot de plus ni sur son voisin ni sur les enfants du village. Cela faisait seulement 5 ans que Guillaume avait rejoint mon père pour travailler ; il était revenu au moment de la mort de mon grand-père.

Assis dans le grenier de mes cousins, nous bavardons et attendons nos parents, ils discutent en bas, Anne n’a pas l’air d’accord que l’on vienne fouiller les lettres que mon oncle a trouvé, Kévin a hâte de savoir ce qu’ils se disaient en cachette de leurs maris et femmes respectives, mais mon cousin allait être rapidement déçu car les lettres ne dataient pas de cette époque. Les arrières-grands parents de nos parents avaient au tout début 15 ans et ils se sont écrits jusqu’à leurs 21 ans, ensuite l’arrière-grand-mère d’Anne a été marié de force à un voisin de ses parents, elle en fait part à son amour et dit qu’elle va se tuer si on la force à se marier. Elle devait pleurer en écrivant sa lettre car plusieurs mots sont effacés, mais une demi-phrase nous fait un drôle d’effet. Mon père me tend la lettre et me dit :

  • Tu essayeras de la déchiffrer et quoi que tu trouves tu nous le diras ;

Si mon père fait appel à moi c’est que j’aime bien démêler les fils et je suis très patiente, déchiffrer la lettre et essayer de comprendre ce qui se cache sous des lettres à demi effacés ça j’aime bien le faire. J’ai déjà réussis à comprendre un acte notarié qui datait depuis plus d’un siècle, lui aussi était effacé et j’ai réussis à trouver. Car la généalogie me passionne, alors comprendre une lettre où je sens qu’elle détient un secret je vais m’en occuper dès ce soir, Sophie du reste viendra à la maison et nous nous en occuperons.

 

A suivre…

 

6 réponses à Face au vent ( 8) Un véritable sac de nœuds

  • Martine dit :

    Bonjour Evajoe,

    Un secret, c’est comme une friandise, ça ferait presque saliver .
    Que va révéler cette lettre, Et toujours cet homme à la vareuse bleue qui rode autour d’eaux.
    Intrigante à souhait cette nouvelle histoire
    Gros bisous
    😉

  • Clara65 dit :

    La généalogie et les secrets de famille passionnent beaucoup de gens et si en plus, il y a un lettre mystérieuse !
    Très bon week-end à toi.

  • pimprenelle dit :

    « Il y a souvent un cadavre dans le placard ». Si on fouille, fouille profond dans les familles …
    Que va-t-il ressortir de cette ressemblance, de ces lettres ?
    Patience … C’est ça le feuilleton.
    Bisous

  • Renée dit :

    Ouile ouile si les liens familiaux ou, amicaux ne son pas ce que l’on croit qu’il sont il va y avoir de drôles de surprises et pas des meilleurs sans aucun doute de la à la consanguinité….un petit pas vite franchis mais entre cousin éloigné très éloigné ça fait rien enfin de ce que j’en sais. Bisoussssssss

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe
Rejoignez moi dans mon imaginaire