Face au vent (7) Un élément troublant

La soirée se passe tranquillement  puis le père de Sophie vient récupérer les deux jeunes filles car il préfère que sa fille passe pour un bébé plutôt qu’elle disparaisse à nouveau. En sortant il se heurte à un individu qui le bouscule et s’éloigne d’un pas vif. Sophie trouve que cet homme aurai pu s’excuser, mais son père est songeur, cet homme ne lui est pas inconnu, où a-t-il pu le voir ? Sa fille voit que son père est fort préoccupé, ils s’éloignent du bar et ne remarquent pas qu’une voiture les a pris en filature. Plus il réfléchit et plus il trouve une ressemblance frappante avec son beau-frère le parrain de sa fille, mais ce dernier a été retrouvé dans les décombres, tout au moins ce qu’il en restait, mais les preuves ADN sont formelles c’est bien le frère de sa femme.

Il est tellement plongé dans ses pensées qu’il ne se méfie pas et vient heurter la bordure du trottoir, il fait un tête à queue et se retrouve sur le toit, sa fille malgré la ceinture de sécurité se heurte violemment au vide poche qu’elle venait d’ouvrir, à l’arrière la secousse  donne à Fanne un coup à l’arrière de la nuque, elle sombre dans le néant, quant au père il est lui aussi évanoui. La voiture qui les suivait a juste eu le temps de piler, l’homme tout de noir vêtu, descend de son véhicule et s’approche de la voiture, il voit s’écouler de l’essence, il a un moment d’hésitation quand il voit les grands yeux bleus de Fanne le regarder, alors prenant son courage à deux mains, il sort d’abord la jeune fille de l’arrière de la voiture, non sans mal car la ceinture de sécurité ne voulait pas s’ouvrir. Puis il fait le tour de la voiture et en extrait la jeune Sophie qui a l’air moins bien abimé que son père. Pour son père qui doit le dépasser d’au moins deux têtes et qui est beaucoup plus fort que lui, il sent qu’il ne va pas y arriver, il a peur que le réservoir d’essence explose, c’est à ce moment que s’arrête à sa hauteur une voiture noire, une femme en descend et lui signale qu’elle est médecin et lui demande :

  • Avez-vous appelés les secours ?
  • Non je suivais ce Monsieur et il a perdu le contrôle de sa voiture j’ai réussis à piler et me suis précipité pour leur venir en aide.
  • Je vais vous aider à soulever ce Monsieur, je pense que tout danger est écarté quant au réservoir, il ne devait pas être plein car il n’y a plus rien qui s’en écoule. Auparavant je vais vérifier s’il n’a pas des fractures dangereuses. Tout compte fait vu comme il est coincé derrière son volant, je préfère appeler les pompiers.

Au moment où elle termine son appel, elle s’aperçoit que l’automobiliste sympathique vient de monter dans son véhicule et a disparu aussi vite. Cela lui semble étrange, ni elle a pensé à relever le numéro ni elle lui a demandé  ses noms et prénoms. Elle va même jusqu’à se demander si ce n’est pas à cause de lui que l’accident a eu lieu.

Rapidement les pompiers sont sur les lieux, tous sont pris en charge, pour les jeunes filles c’est seulement dû au choc quant au père de Sophie il a juste deux côtes de fêlées, il s’en tire à bon compte. Quand il se réveille au CHU de Saint Luce, tout lui revient en mémoire, et faits troublants il a été sauvé par un individu qui le suivait mais à cette heure personne ne pourra le remercier car il s’est enfui une fois le médecin arrivé.

Pour le père de Sophie cela lui semble étrange que l’on puisse s’enfuir après avoir sauvé les deux jeunes filles, mais il ne pense nullement à l’homme qui les a heurté pourtant ce dernier aurai pu les suivre et il ne s’en sera pas rendu compte tant il était pris par ses pensées. Rapidement les deux jeunes filles sont hors de danger elles en seront quitte pour Fanne à porter une minerve et pour Sophie elle a juste au genou une plaie insignifiante dû au télescopage avec la boîte à gants.

Sophie est un peu secouée car en trois jours elle a vécu à la fois un rapt, un sauvetage in-extremis et un accident, plus la mort de son parrain. C’est vraiment beaucoup en si peu de temps, il est tant qu’elle s’éloigne loin d’ici. De toutes façons elle doit se rendre dans la FAC où l’année prochaine elle suivra son nouveau cursus. Elle va aller chercher un appartement, mais Fanne ne l’accompagnera pas, leurs études ensembles vont s’arrêter, Fanne rejoint une Ecole Prépa, elle veut rentrer dans une école d’ingénieurs en aéronautique, quant à elle, elle préfère les parfums, elle va créer des parfums, son père préférerait qu’elle aille  dans la recherche ou la pharmacie, bref elle verra au moment du choix final. Pour l’instant c’est direction Clermont Ferrand à la FAC de Chimie.

C’est le lendemain non sans appréhension que Fanne va passer son Brevet de pilote, Sophie l’accompagne ainsi que son frère pour la voir évoluer en l’air. Ils sont trois de clubs différents à essayer de décrocher le sésame, chacun a une raison différente, mais Fanne ne rêve que d’une chose c’est de s’en aller dans les airs. Face au vent elle se grise, mais là il lui faut être raisonnable, c’est un examen comme un autre, son père est certain qu’elle va le décrocher. En effet quelques heures plus tard elle crie sa victoire au monde entier. Du reste elle n’est pas peu fière elle est la seule à le décrocher, les deux autres un gars et une fille s’en repartent bredouille. Aucun des trois jeunes gens n’ont vu cet homme qui est resté derrière les grilles du petit aérodrome et qui les a observés, personne sauf le père de Fanne, aussi il avance à grande enjambée vers l’homme qui se dissimule tant bien que mal derrière un camion de l’armée. Frédéric lui tape sur l’épaule, l’homme se retourne, mais le père de Fanne est tellement abasourdi par l’homme qu’il n’a aucun geste pour le retenir, il s’enfuit à nouveau et quand Stéphanie rejoint son père, celui-ci est assis derrière son bureau et ne demande pas à sa fille si elle a réussi son brevet, celle-ci s’en étonne et la seule chose que son père lui dit c’est Norbert n’est pas mort, je viens de le voir.

Sophie qui vient d’entrer dans le bureau hurle et se met à sangloter tout en criant :

  • Taisez-vous, mon parrain est mort dans l’embrasement de votre hangar pourquoi me torturez-vous ?
  • Sophie, je m’excuse que tu aies entendu mes propos, mais un homme lui ressemblant étrangement était là qui vous observait, j’ai préféré lui demander de s’éloigner, quand je suis arrivé à sa hauteur, je lui ai tapé sur l’épaule et quand il s’est retourné certainement aussi surpris que moi, c’était mon ami d’enfance le frère de ta mère, j’en suis certain, bien que je sache que l’on a retrouvé ses empreintes sur le mort du hangar. Mais alors qui est-il ? Et la ressemblance est flagrante.
  • Je ne comprends pas, mais c’est vrai qu’hier et aussi avant-hier nous avons déjà été suivis par un homme en vareuse…
  • Bleue !
  • Oui en vareuse bleue, je lui ai trouvé comme un air de ressemblance avec l’homme que j’ai entraperçu dans le hangar le jour où mon parrain est mort. Ce dont je ne me souviens pas c’est si c’est mon oncle que j’ai vu ou un homme. Tout est flou dans ma mémoire. Comme si mes souvenirs s’étaient effacés.
  • Sœurette ne t’en fais pas, cela va te revenir, en attendant il nous faut rentrer, nos parents vont s’inquiéter tu repars avec nous Steph ?
  • Non je reste avec mon père nous avons quelques choses à fêter.
  • Oh ma chérie j’ai oublié de te demander, alors ce Brevet tu l’as eu.
  • Oui Papa !
  • Je suis très heureux pour toi, le BAC S et le Brevet de pilote que rêvez de mieux à ton âge?
  • Que la vie revienne comme avant !

 

A suivre…

 

6 réponses à Face au vent (7) Un élément troublant

  • Clara65 dit :

    Bravo à cette jeune fille pour son diplôme. Par contre, elle a bien des soucis et des mésaventures qui se suivent, la pauvre !
    Bonne soirée, bises.

  • colettedc dit :

    C’est super, elle a réussi, mais je crois bien que ses troubles ne le sont pas par exemple ! OUF !!! Merci EaJoe et bonne fin de ce jour ! Bisous♥

  • Renée dit :

    Si le tonton est en vie c’est bien mais est-il dès lors blanc comme neige???? Enigme que tu nous livre là et puis qui et alors le mort saperlipopette……
    En tous cas ce roman va de rebondissements en rebondissements….Tu nous laisse les filles en vie hein parce que les auteurs c’est tordus……on sait jamais. Pas oublié qu’une vient d’avoir son brevet au moins qu’elle en profite et qu’elle puisse s’envoyer en l’air…dans les airs va sans dire quoique…………Bisoussss

  • Martine dit :

    Bonsoir Evajoe,

    C’est vraiment prenant ton histoire. Qui est cet homme? Un jumeau caché? Le vrai Norbert? Mais alors, qui est le mort? On se prend au jeu des devinettes.
    j’aime beaucoup
    Gros bisous!!!
    😉

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe
Rejoignez moi dans mon imaginaire