Face au vent ( 4)

Elle n’ose lui en parler, car à ses yeux cette malédiction n’a plus de raison d’être, pourtant c’est en tout point semblable à l’histoire de Marour. L’arrière-grand-père Langlois avait eu sa maison d’incendiée, puis il avait disparu au-dessus des Alpes. Son arrière grande tante Mathilde avait été kidnappée et on ne l’avait jamais retrouvée, elle ne voulait pas qu’il arrive la même chose à sa fille. Puis le propre frère de Mathilde  avait été accusé d’avoir incendié la maison des Langlois, mais lui n’était pas mort, il avait nié être impliqué et il avait disparu à son tour. Qui leur en voulait à ce point? Car c’était la troisième fois que l’histoire se répétait. La vie des Langlois et la sienne étaient intimement mêlée. Toutes les générations avaient eu son lot de malédiction. Le père de Guillaume et Frédéric avaient perdu la vue suite à une altercation avec son propre père, sa mère avait quitté le foyer et n’était réapparu que plus de dix ans après, personne n’avait su ce qu’elle avait fait, et tous ignoraient la raison pour laquelle le malheur s’était abattu sur Marour. La mère de Sophie sanglote en se remémorant ses moments tragiques de leur vie, quand soudain lui revient en mémoire une phrase de sa grand-mère, elle devait avoir tout juste 5 ans , elle admirait déjà Norbert son frère aîné qui aimait beaucoup sa petite sœur, lui avait 20 ans. 

 » Tu sais ma princesse, Norbert n’est pas tout à fait ton frère, il est juste ton demi-frère, mon fils n’est pas son papa. »

Pourquoi cela lui martèle les tempes depuis qu’elle a appris qu’il était mort lui aussi et de surcroît dans l’incendie. Pourquoi était-il allé incendier le hangar à avions de son ami Frédéric Langlois, qui était avec lui? Soudain elle sursaute on vient de sonner à la porte, elle se précipite et se trouve nez à nez avec les frères Langlois, elle fait mine de se sauver mais les paroles de Frédéric lui permettent de se jeter dans ses bras, il était son premier amour, mais suite à l’altercation de son père et du sien, leur idylle s’était rapidement terminée.

  • Florence, tu n’es nullement fautive de ce que Norbert a fait et encore à ce degré de l’enquête nous en savons strictement rien, possible qu’il empêchait l’autre de mettre le feu, car Norbert était tout de même mon ami, de plus c’était un maire qui aimait son village et jamais il aurait eu une idée aussi saugrenue que de commettre l’irréparable. Il nous faut attendre l’enquête, actuellement les enquêteurs fouillent l’appartement de Norbert pour voir si ils peuvent trouver des papiers, de l’argent, que sais-je?
  • Frédéric, l’histoire se répète;
  • il ne faut pas croire à cette malédiction, c’est une coïncidence.

Hélas Guillaume ne pense pas un mot de ce que son frère dit, lui est persuadé qu’il y a une sombre histoire familiale mais que personne n’a voulu leur en donner la moindre explication. Il va prendre le taureau par les cornes, il va fouiller dans leur passé, voire dans les papiers familiaux. C’est Guillaume qui a hérité de la grande bâtisse familiale, son frère a quant à lui hérité de l’aérodrome. Avec ses fils ils ont décidé que dès demain ils monteraient dans le grenier et feraient une fouille systématique de tout ce qui était dans les grandes armoires de leurs ancêtres, ils auraient dû le faire depuis longtemps mais lui Guillaume repoussait aux calanques grecs  le moment fatidique, sa femme était superstitieuse, elle préférait que son mari ne mette pas son nez dans le passé de cette manière le passé ne les rattraperait pas. Et bien ce matin leur conversation avait été houleuse car le passé les avait rattrapé, même si ce n’était pas leur entreprise ils vivaient grâce à l’aérodrome.  L’aéro-club avait de nombreux adeptes des ULM, et tous sortaient de leurs ateliers. Depuis deux jours plus personne n’avait eu envie de venir. Même Fanne n’avait pas passé son brevet, pourtant et cela aussi leur paraissait incroyable son avion avait été préservé, une personne l’avait sorti avant l’explosion. Les enquêteurs ignoraient qui avaient préservé cet avion ainsi que le vieux coucou de Frédéric. Les autres Jodel étaient partis en fumée, ceux qui volaient au moment étaient au nombre de deux. Et, dans le hangar d’à côté il y avait seulement trois avions en réparation, ceux-là avaient donc été préservés. Avec six avions comment Frédéric allait-il pouvoir s’en sortir? Quant aux ULM ils étaient tous en compétition et Guillaume les avait récupérés en attendant que le hangar soit remis en état.

Norbert et Gérard étaient les meilleurs amis du monde, qui les avait assassinés? Que de questions qui restent en suspens? Qui va pouvoir combler le vide de ces deux absences? Et surtout où est passé Sophie, depuis Le drame Fanne sa nièce s’en veut comme si elle se sentait coupable. Pourtant sous le souffle de l’explosion le portail a été soufflé et Fanne projetée à l’extérieur, elle donnait la main à sa meilleure amie, où cette dernière a-t-elle été? Tous les alentours ont été systématiquement fouillées cela n’avait rien donné.

A suivre…

7 réponses à Face au vent ( 4)

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe
Rejoignez moi dans mon imaginaire