Une disparition inquiétante

Elle était là au bout du chemin avec son toit de guingois et ses fenêtres aux petits rideaux à carreaux rouges et blancs. Une maison comme les autres, mais cette ferme avait un secret. Comme dans toutes les fermes il y avait des animaux qui vivaient les uns avec les autres et répondait à des noms mais ici ils avaient de jolis prénoms. Il y avait Etoile la belle alezane et sa petite pouliche Vénus.

Les vaches ne s’appelaient pas Rita ou Marguerite, mais Prunelle et Mirabelle. Le coq se nommait Auguste et quant aux poules il y avait Mascara car on aurait dit qu’elle s’était maquillée, puis Châtaigne, elle avait toujours ses plumes en bataille et la petite dernière se nommait Poucette car lorsqu’elle était née elle n’était pas plus grosse que le pouce du fermier.

Dans la cour sous un soleil caniculaire dormaient deux chiens, le plus âgé se nommait Réglisse il était noir et c’était un beau labrador, mais il était vieux et à moitié aveugle, mais jappait quand il se passait quelques choses d’anormal. La plus jeune répondait au doux prénom d’Amande, sa couleur s’en rapprochait, c’était aussi une labrador, mais elle était jeune et un tantinet fugueuse. Un gros chat qui ne dormait que d’un œil était allongé de tout son long dans la balancelle, mais il se gardait bien de la faire bouger ne voulant pas réveiller la charmante enfant avec qui il se trouvait. Lui, il répondait au doux prénom de Camomille, il faut dire que sa couleur s’apparentait à la tisane.

Il y avait aussi deux biquettes une se nommait Tempête et l’autre Téméraire, quant aux moutons ils sont bien trop nombreux pour tous les nommer, mais pour vous donner un aperçu je vous en cite quelques uns. Améthyste, Topaze, Rubis, Précieuse, Émeraude et bien d’autres dont à ce jour j’ai oublié le nom.

C’était une fin d’après-midi où au loin on voyait s’amonceler de gros nuages noirs et dans les champs les hommes s’affairaient pour rentrer les « roules ». Mais lorsque Camille se réveille de sa longue sieste, elle se précipite dans l’enclos ou se trouve sa ponette, qui bientôt doit mettre bât, hélas, cette dernière a disparue. Quel émoi dans la petite cour….De tous les côtés nous entendons:

« Salade ou es-tu? »

« Salade reviens »

« Salaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaade…. »

 

Mais nenni personne ne répond aux cris angoissés de la petite Camille. Sa maman sort dans la cour et constate comme le grand frère que la clôture de l’enclos laisse apparaître un gros trou comme si on avait découpé avec beaucoup de précaution le grillage où se trouvait la jolie Salade. Dans le pré seuls broutent paisiblement les deux vaches et bien entendu elles n’ont rien vu….

Bizarre ni Amande ni Réglisse n’ont aboyé constate le papa en rentrant des champs. Bizarre et étrange, il n’était pas loin son champs, il n’a vu personne s’en aller ni en charrette, ni en voiture, voir même en camion…Tout cela était bien étrange. A la nuit tombée ils constatent que rien ne s’est produit et ils sont contraints d’appeler la gendarmerie, qui, bien entendu en entendant disparition se sont précipités à la ferme, mais quand ils ont vu que c’était une ponette sont repartis plus vite qu’ils n’étaient venus, en leur demandant de venir déposer une plainte le lendemain matin si cette dernière n’était pas revenue. En partant ils râlaient pour s’être déplacer pour un canasson….

 

A suivre Copyright le 17/10/2014

 

10 réponses à Une disparition inquiétante

  • colettedc dit :

    Que j’aime cela EvaJoe ! J’espère bien que la ponette reviendra d’elle-même ou autrement ! Ouf ! Peut-être a-t-elle trouvé un endroit à son choix pour l’heureux évènement !!! …
    Bonne fin de ce jour à toi,
    Gros bisous.

  • florence dit :

    Florence – Testé pour vous
    Bonjour…une ponette qui disparaît, c’est sur que ça ne met pas les gendarmes en émoi…salade a été prise…mais par qui ? J’ai hâte de savoir à quelle sauce tu vas nous raconter ça…mais j’espère que Salade ne finit pas dans une assiette hein ?
    Bravo pour ce début d’aventure…J’aime bien les prénoms des animaux, c’est varié, on a envie de les voir
    Pour mon article sur 14-18…pauvre madame Delpech a qui j’ai donné le nom de son cambrioleur…ah la la, je l’ai mariée contre son gré !
    A très bientôt et encore bravo…je repasse dès que je peux

    • Evajoe dit :

      Bonjour Gibee,

      Comme personne ne m’a demandé la suite j’ai laissé ma plume en suspend…Tu es le premier à le formuler….Aussi je te la donnerais la suite. Prochainement, après que j’aurais terminé la suite de Salade…

      Merci de ton passage et de tes interrogations…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe