Boomerang (suite 3)

Je n’ai pas prononcé un seul mot, je l’ai juste écouté,

Moi je voulais revenir ici, et surtout je n’ai jamais demandé à être mis dans ce foyer.

Je n’ai rien fait.

Il me demande pardon, mais je sens qu’il aimerait que je lui dise que je l’aime

Là c’est trop tôt, je suis enfermée et je n’ai même pas le droit de manger demain,

 à moins que mon petit déjeuner soit copieux.

Je vais dormir, car je suis épuisée.

Mon réveil est mis sur 4h 45, de manière à ce que je sois habillée

Quand on ouvrira ma cellule ; il manque les barreaux aux fenêtres mais c’est pareille.

Lorsque j’entends mon réveil sonné, je ne sais plus où je suis.

J’ai vite fait de me le rappeler car j’ai les fesses endolories par les coups de fouet

une bonne douche, et j’attends les cinq heures, effectivement ils sont à l’heure

Mais surprise c’est ma belle-mère, elle pose un panier repas pour midi et me demande

si j’aime toujours le chocolat, mais elle a mis du café dans un pot si j’en voulais, je ne lui dit mots

et elle attends sûrement un merci, et bien elle peut attendre.

Avant elle devra s’excuser de m’avoir frappé et tant qu’elle ne l’aura pas fait

elle sera invisible à mes yeux. Sur ce je lui montre la porte

et elle s’en va, je la vois revenir sur ses pas, et elle me dit

« Lolo, ne m’en veut pas, la tension a été trop forte pour moi

Serait-ce l’esquisse d’une excuse, nous verrons,

Qu’elle parte, j’ai faim !

J’aurais dû lui montrer les dégâts qu’ont occasionnés ses coups de martinet….

J’ai les fesses striées de coups de lanières et elles ont virées au bleu, quelle conne !

Moins d’une heure plus tard

la voiture de mon père démarre, je me demande où ils vont, je le saurais  par Chris et Amélie.

Et, si je vérifiais si elle a ôté la clef de ma porte.

vu qu’elle a fait plusieurs aller et retour,

Je glisse une feuille de papier sous la porte, puis avec un stylo je l’introduis dans la serrure

elle a oublié la clef, je pousse un peu plus fort, la clef tombe

je tire sur ma feuille de papier et ma clef glisse délicatement sous ma porte.

Heureusement que le jour sous la porte est grand sinon j’aurais dû les attendre.

J’ouvre ma porte et je vais aller directement dans la chambre où autrefois mes parents dormaient.

Il y a une commode, un chevet, en fait ce sont les meubles de la chambre de Bob

et il y a aussi son lit à une place.

Mais chose étrange, la chambre a l’air d’être faîtes, car il n’y a pas de  poussière sur la commode.

J’ouvre la grande armoire de famille, il y a tous les vêtements  de mon père

ainsi que ceux de ma mère,

comme si elle avait disparu brutalement sans pouvoir emmener sa garde-robe

Je monte sur le marchepied pour atteindre les rayons les plus élevés

Il y a que des draps tout bien plié dans des housses de couleur différentes,

du reste il semble neuf

 deux piles attirent mon attention

Il y est écrit : pour Lolo et pour Amélie de la part de Maman,

Comme c’est bizarre et étrange, serait-elle venue là ? Pourquoi ? Je ne comprends rien

J’en suis là de mes réflexions quand la porte s’ouvre et je croise le regard d’Amélie

qui de suite comprends que j’ai fait la même découverte qu’elle.

Nous nous asseyons toutes deux sur les deux fauteuils de la chambre

Et j’apprends que la semaine dernière, deux colis ont été apportés, un pour chacune de nous deux

Notre père n’a rien dit mais il a monté lui-même les deux colis, et comme le lendemain

était le jour où il s’absentait, Amélie en bonne curieuse était venue voir, mais elle avait été surprise

par notre belle-mère qui lui avait dit ; « voilà tu es contente, elle fait mieux que moi pour vous. »

Pour moi, c’est une joie car là c’est certain notre maman est toujours de ce monde et elle pense à nous.

La journée ne pouvait pas mieux commencer, Amélie m’a demandé comment j’étais sortie de la chambre

et quand elle a compris, elle a éclaté de rire,

Chris est apparu et a été content de voir que je m’étais souvenu

de nos jeux lorsque enfants ils nous enfermait dans l’abri de jardin

et il fallait en sortir d’une manière ou d’une autre.

Maintenant nous devons profiter que le bébé dort pour faire nos recherches.

Il me propose d’aller dans la chambre de papa et de sa chérie,

il possède aussi la clef.

Amélie va continuer de fouiller l’ancienne chambre

et Christophe le bureau. De cette manière nous devrions trouver,

à moins que notre père garde le précieux sésame avec lui.

Lorsque je pénètre dans la chambre de mon père et de sa furie je suis abasourdie

on dirait un bonbon rose, comme c’est moche, maman avait meilleur goût !

La courtepointe est rose comme les rideaux,

comme la moquette, comme la salle de bain, ainsi que  les murs.

Je me demande comment papa peut dormir ici, quand je découvre que le lit n’a qu’une seule place

Ah mon père fait chambre à part, et bien là je me demande ce qu’il fait avec cette taré.

Je commence à fouiller minutieusement la commode où je pensais trouver des vêtements roses,

ce qui m’aurait bien amusé,  mais non c’est très classique en faîtes, voir moche et d’un autre temps.

Dans le dernier tiroir il y a un coffret en bois rouge, ainsi qu’un autre,

lui, est beaucoup plus petit, il est en cuir noir,

je l’ouvre facilement ce sont  des bijoux,

Tiens on dirait l’alliance de maman, et aussi sa bague de fiançailles

Il y a une jolie gourmette en or et dessus il est noté Pierre-Victor, étrange,

je ne comprends pas tout, mais je cherche si le coffret marron n’aurait pas une clef.

Car, ce doit-être vraiment précieux ce qu’il y a dedans, en effet

c’est fermé par un petit cadenas, où peut se trouver la clef, je passe délicatement la main

de partout et ne trouve rien, je regarde à nouveau dans le coffret à bijoux

et là surprise il y a une petite clef qui me semble correspondre à la serrure

Je ne veux pas appeler mon frère et ma sœur, je veux voir par moi-même ce qu’il y a  dans ce coffret

il peut appartenir à la « tarée adoucie »

Je sors des photos, ce sont les nôtres, ce coffret est donc à Papa.

 Il n’y a qu’une seule photo de maman, nous sommes assis les petits sur ses genoux,

les grands à ses pieds, c’est papa qui a pris la photo, une date est notée au dos.

Mais ce qui attire mon regard ce sont des photos coupées, que dis-je déchirées.

J’essaye de les reconstitué, pour certaines c’est impossible,

Ce sont celles de maman, aucune n’est entière,

 toutes sont en petit morceaux, décidément le mystère s’épaissis.

On dirait que papa a voulu effacer toute sa vie où il était heureux avec notre maman.

Seules les photos où nous y sommes tous il les a conservé

et encore sur certaines d’entre elles, il a découpé le visage de maman.

J’entends Mélanie qui nous appelle, elle crie je l’ai.

Et c’est ensemble que nous ouvrons le livret de famille,

nos parents sont toujours mariés, et notre stupeur est immense lorsque nous découvrons

……../………

12 réponses à Boomerang (suite 3)

  • colettedc dit :

    Ouf ! J’ai peur que tout ne soit pas remis en place avant leur retour … de plus en plus captivant EvaJoe … bonne fin de journée à toi,
    Bisous.

  • justine dit :

    Je retrouve des fragments de vie avec mon père et sa seconde épouse (celle qui a brisé notre famille !) et ce que tu ressens, je l’ai ressenti de nombreuses fois..
    Bon, j’attends la suite, car je ne sais si cela finira comme chez mon papa.
    Bonne soirée l’aventureuse !
    et ne rêve pas de martinet… ça rend les fesses rouges et ça rend agressive ! lol !
    Bises ma belle.
    justine

  • Martine dit :

    AAAAAAAAAAAAh! Quel suspense! Qu’est-ce qu’elle a découvert!
    Bravo! Tu es très forte pour nous tenir en haleine
    Bisous de bonne journée
    Martine

  • ozy dit :

    …… que notre mère n’était ……. ouich !!!! quelle chance
    et qui c’ert donc cette mégère??
    tu nous tiens en haleine EvaJoe et j’adore les policiers
    vite vite la fin… non fais durer le plaisir mais je pars le 5 avril au Maroc alors je saurai avant ???
    je t’embrasse res fort bonne a.midi
    joelle (ozy

  • florence dit :

    Florence – Testé pour vous
    Bonsoir…comment vas tu ? Je ne peux pas lire ton article…c’est encore trop tôt pour mon oeil qui fait des siennes et ne voit pas le jour…arf, c’est long et je m’impatiente…mais bon, la patience n’a jamais été une de mes qualités.
    Pour la dame qui a accompagné le monsieur toute l’après-midi, oui, oui, je crois que tout le monde l’a laissé passer devant…dès qu’elle est revenue d’avoir accompagné le monsieur à l’ambulance, je l’ai vue partir vers les box de consultation. Mais moi j’avais fini, donc je suis partie pratiquement 5 mn après son retour…J’ai aimé ce moment, ça m’a émue vraiment, de voir ce vieux monsieur retrouver le temps d’un après-midi sa Gisèle…j’ai adoré.
    Mon oeil va mieux car ils m’ont donné un traitement plus fort (contre la tension de l’oeil). J’ai aussi un saignement de la rétine et une inflammation des tissus. Avec les médocs qu’ils m’ont donnée, ça va beaucoup mieux. J’ai bien moins mal à la tête.
    Voilà pour les nouvelles. Merci pour ton soutien,tes gentillesses. A très bientôt et j’ai hâte de pouvoir te lire entièrement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe