4/ L’inconnue de la berge !

Six heures qu’elle attend des résultats, mais que c’est long pense-t-elle, six heures, bon elle ne va pas se plaindre, pendant ce temps elle se sent à l’abri, nullement exposé à ce fou qui lui fait des demandes abracadabrantes, si cette inconnue est sa soeur qu’a-t-il besoin d’avoir un échantillon de son tailleur, et pourquoi veut-il le rapport d’autopsie. Après tout cela ne dira rien de l’enquête pourquoi ne pas lui les donner, à moins que ce soit plus grave et qu’il en aie après elle.

Mais pour quelle raison lui en voudrait on ? La morgue n’est pas un lieu stratégique de la vie en France. On y cache pas des corps, nus ils se ressemblent tous. Qu’est-ce que cette femme a de si différents d’elle? Rien c’est juste une femme qui a dû ou pu être assassiné, qu’est-ce que cet homme aura en ayant le rapport d’autopsie. Elle a beau faire marcher ses méninges elle n’y comprend pas grands choses d’où le choix de son travail, jamais elle n’aurai pas  pu être dans la police ou la gendarmerie.

Les premiers résultats viennent d’arriver, le mort est une victime collatérale, au moment de la fusillade la jeune Doris a tiré et c’est elle qui sans le savoir a touché l’homme qui la menaçait d’une arme. Ont-ils tiré ensemble, l’un est mort l’autre grièvement blessée. Par contre cet homme est connu des services de police; Il était encore en prison il y a une semaine il était en liberté conditionnelle. Il avait purgé une peine de 25 ans pour avoir kidnappé un enfant. L’enfant du président de la République, ce n’était pas n’importe qui. S’il avait seulement écopé de 25 ans de prison c’est parce que l’enfant n’avait pas subi d’autres violences à part le fait qu’à 5 ans on met du temps pour s’en remettre d’une aventure pareille. Il n’a aucun lien avec la victime de la berge cette dernière reste une inconnue. L’autre est-il réellement son frère?  Personne n’a pu le contrôler, cet homme qu’a-t-il à cacher pour ne pas venir reconnaître le corps lui-même. 

Lorsque je sors du bureau de mon père je suis sous le coup de la mauvaise nouvelle que mon père vient de me dire. Ma chef a été kidnappée par cet homme certainement, sinon à quoi servirait toute cette mascarade. C’est certainement elle qui lui a donné mon nom, mais pourquoi lui a-t-elle communiqué mon numéro de ligne fixe, elle aurai pu donner mon portable. Elle ne sait à quoi s’en tenir. Elle monte dans le véhicule qui l’attendait dans la cour de la gendarmerie. Son conducteur n’est plus le même, c’est un vieux avec une mine renfrognée. Ils auraient pu lui offrir un jeune et beau garçon que ce type qui transporte avec lui toute la misère du monde. De plus il ne dit pas un mot et la dépose trente minutes plus tard devant l’Institut.

Lorsqu’elle arrive sa jeune collègue a pleuré cela se voit sur son visage son rimmel a coulé, mais elle lui a apporté de quoi manger. Bien sûr elle aussi est au courant que Simone leur chef a été kidnappée. Olga sent la peur qui la parcours se propager sur la jeune stagiaire. Ensemble elles pleurent puis, Olga la première se ressaisit et lui dit qu’elle va être surveillé et même pendant quelques temps elles habiteront ensemble jusqu’à ce que les enquêteurs aient mis la main sur le kidnappeur. Claire n’y voit aucun inconvénient du moment qu’elle est mise à  l’abri. Mais il lui faut trouver une raison pour son absence et la donner à ses parents, mais tout est organisé par la gendarmerie et elle n’a pas à entrer en contact avec ses parents. Mais Claire s’affole, sa mère est cardiaque et si elle ne sait pas ou est passé sa fille elle peut refaire une crise a tout moment. Son père est lui aussi absent depuis quelques semaines, il ne rentrera qu’à la fin septembre. Aussi Olga en fait part à l’inspecteur chargé de sa surveillance depuis son bureau explique t elle à Claire ce qui a le mérite de la aire rire. Voilà tout est organisé, la maman de Claire est exfiltrée elle aussi, et le père avertis de ne plus téléphoner chez lui, un numéro spécial lui a été remis il aura sa femme de la même manière.

Ce même soir les deux jeunes femmes sont prises en charge à l’intérieur du garage de la morgue et sortent par la porte des morts qui sont rendus à leurs familles dans un corbillard, pour elles deux c’est une première; mais bon elles préfèrent en rire qu’en pleurer. e soir elles retrouvent la maman de Claire qui leur a mitonné un bon repas, elles sont dans un petit cottage   au cœur d’un petit village c’est un peu loin de leur travail mas chaque jour elles viendront en voitures différentes.

Ce matin au travail, Claire et Olga discutent et trouvent aberrant que l’on puisse les avoir mise sous surveillance alors que rien ne se passe, à part l’inconnue de la berge et les affaires courantes, le travail ronronne doucement. Mais sous le coup des onze heures débarquent tels des malades une escouade de pompiers, elles doivent évacuer illico presto l’institut il semblerait qu’une bombe ait été placé dans l’immeuble d’en face. De suite Olga y voit une manœuvre pour que l’on puisse s’emparer de la jeune morte. Le médecin légiste n’est pas là, elle est contrainte de sortir par les pompiers, mais elle profite d’un moment inattention pour se glisser à l’intérieur de la morgue, elle s’engouffre rapidement dans un placard car elle a crû entendre du bruit. Par la porte mal refermée elle observe et elle voit marchant comme sur des œufs deux individus portant un brancard vide, l’un lui est inconnu, quant à l’autre c’est celui qui l’a insulté au téléphone et menacé avec son arme. Bingo elle ne s’était pas trompé. Délicatement pour ne pas se faire remarquer elle sort son mobile de sa poche et fait le numéro de son père, elle ne va pas lui parler mais comme elle est surveillée 24 sur 24 ils sauront exactement ou elle se trouve et comprendront que c’est une manœuvre pour s’emparer de l’inconnue. Au moment ou elle entends que l’on décroche le téléphone une déflagration secoue la bâtisse.

 

A suivre …

8 réponses à 4/ L’inconnue de la berge !

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe
Rejoignez moi dans mon imaginaire