18/ L’inconnue de la berge !

Quand Franc se relève ils les entend ricaner dans son dos, ces deux-là sont de mèches pense-t-il en son for intérieur. Le voilà plancton en attendant que la pauvre femme se réveille. Il regarde au travers de la vitre, elle est bien amochée, qui lui a fait ça et quelle en est la raison. Certes elle a emmenée avec elle une des clones mais essayé de la faire disparaître, elle semble si chétive dans son lit, que tout cela l’étonne.

Il va reprendre son carnet sur lequel il a noté tous ceux qui de près ou de loin y sont mêlés. Tout ne tourne pas autour du Venezuela ni de cette clone du Nicaragua eux sont de mèches avec ces docteurs du futur, ils en tirent profit pour soumettre leur peuple. Il doit y avoir une raison juteuse pour qu’ici en France on en profite. Franck a entendu un faible gémissement aussi il décide de son propre chef de rentrer dans la chambre, la vieille femme semble se réveiller elle a un sursaut en le voyant, apparemment il lui fait peur, quelle en est la raison.

  • Je suis de la police, n’ayez pas peur, vous êtes entre de bonnes mains.
  • La police, je suis donc sauvée
  • Oui vous l’êtes on vous a retrouvé errant dans la forêt, que vous est-il arrivé?

Ses yeux tournent dans leur orbite à une vitesse stupéfiante, elle n’ose me parler, qu’est-ce qui la terrorise de cette sorte?

  • N’ayez crainte je suis seul avec vous, parlez-moi, avez-vous vu ou entendu quelques choses qui vous affolent?
  • Oui, ils sont fous ces hommes
  • Vous les avez vu réellement ?
  • Oui et c’est pour cela qu’ils m’ont enfermés dans un souterrain ou une cave je ne sais pas bien. Je me suis vite rendue compte que je n’étais pas la seule il y avait deux autres femmes avec moi dont une qui ne parlaient pas le français.

Brutalement Franck décide d’enregistrer la confession de la vieille dame, on ne sait jamais si elle lui faisait des confidences.

  • Reprenons Madame mais je vous enregistre pour que mes chefs me croient on ne sait jamais.
  • Il faut que je vous dise jeune homme le commanditaire c’est un homme très connu.
  • Connu de qui?
  • De la police, c’est la raison pour laquelle vous m’avez fait peur
  • Un policier
  • Non 
  • Qui alors
  • C’est un ps
  • Un ps pourquoi dites vous psssssssssss

La pauvre femme s’étouffe ce ne sont plus des mots qui sortent de sa gorge mais un drôle de sifflement. 

  • Ne vous énervez pas, dîtes moi plutôt son nom 

Ses yeux roulent dans tous les sens, elle semble totalement effrayée, Franck pas entendu la porte s’ouvrir il ressent plutôt qu’il ne reçoit une violente douleur  à la tête.

Lorsqu’il revient à lui il est couché dans le coffre d’une voiture avec la vieille femme qui a l’air plus que mal en  point, elle arrive à lui murmurer tintin c’est tintin. Puis pendant les dizaines de kilomètres qui suivent il l’entend râler puis brusquement plus rien il lui semble qu’elle vient de mourir. Il n’ose bouger, il a mal sur le sommet de la tête, il a les mains attachés dans le dos et une cagoule sur la tête, il entend vibrer son téléphone, on ne lui a pas fait les poches puisqu’il l’a encore. Il va user de la force qu’il a obtenu dans les commandos pour se sortir de cette situation. Tout d’abord se détacher les mains, récupérer son téléphone et envoyer un texto à Olga dans un premier temps, bien entendu il doit se contorsionner sans faire de bruit, le poids mort de la vieille femme le gêne mais petit à petit il a réussis a défaire les liens ôter sa cagoule, il est bien dans le coffre d’une voiture. Il récupère son téléphone et envoie un texto à Olga :

  • Prisonnier d’une voiture de couleur grise au niveau du coffre. Connais tu un tintin qui de près ou de loin a des rapports avec la police.
  • Tintin ? Non Sauf moi je m ‘appelle Dupont y a-t-il un rapport? Que t’as -t-elle dit?

C’est à ce moment-là que le conducteur de la voiture freine brutalement et s’arrête. Franck va devoir jouer très fin, il ne lui semble pas que l’homme soit accompagné.Il arrive à se mettre les pieds vers l’ouverture, au moment où le coffre s’ouvre il voit une tête apparaître et de ses deux pieds il lui assène un violent coup, il fait une torsion avec son corps et arrive a s’extirper de la voiture l’autre n’a pas le temps de dire ouf qu’il lui assène un uppercut.

A Suivre 

8 réponses à 18/ L’inconnue de la berge !

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe
Rejoignez moi dans mon imaginaire