11/15 Une histoire diabolique

chapitre 11 Petit retour en arrière

Nous avons laissé Amaury seul et désemparé, mais a-t-il recherché sa douce comme il aimait à l’appeler. Suivons-le ; Amaury commence à suivre les traces de pas laissés dans la neige, au début cela est facile mais petit à petit le vent a tout recouvert, puis la neige tombe à nouveau et le cheval met plus de temps à avancer; son pas est lourd, il ne pensait pas partir aussi Amaury comprend que son cheval risque de mourir il ne s’en est pas occupé tellement qu’il était obnubilé par Jeanne. Il a délaissé un des plus beaux chevaux de l’écurie de son père, il lui faudrait de la bonne nourriture, aussi n’hésite-t-il plus il doit se rendre à la ferme de la goulue. Mais si le fermier, car elle a un mari cette dévergondée accepte de nourrir son cheval il refuse qu’ Amaury puisse rentrer chez lui, il doit bien connaître sa femme pense en son for intérieur notre jeune fougueux; qu’à cela ne tienne il partira bien vers quelques marchés vendre ses produits, et là la belle ne se fera point violence à ouvrir sa couche.

Quelques jours plus tard, son cheval va mieux et il songe à partir mais la goulue Rose de son prénom lui dit dans la grange entre deux portes que demain elle sera seule pour la journée et qu’ils pourront s’amuser comme la dernière fois. L’invitation est tentante, il ne dit rien mais n’en pense pas moins. Il hoche la tête et Rose s’en va toute guillerette.

Le lendemain le sol est gelé mais la neige semble s’éloignée, le fermier s’est levé aux aurores, il demande à Amaury s’il peut  lui emprunter son cheval, vu que le fermier s’en est bien occupé, Amaury accepte.  Dès qu’il ne le voit plus à l’horizon il se précipite dans la chambre de la belle et joue jusqu’à midi à divers jeux qui font monter au septième ciel la belle Rose. Elle joui, crie se tortille et prend beaucoup de plaisirs à ses assauts répétés, mais ces deux là sont tellement occupés à forniquer qu’ils n’entendent pas le bruit que font quelques chevaux dans la cour. Et, lorsque la porte s’ouvre à la volée devant le propriétaire et mari de la dame Amaury est nu comme un ver. Il reçoit une pluie de coups de partout, il protège son sexe du mieux qu’il peut mais l’autre s’y acharne dessus. Rapidement il gît sur le sol de la chambre, il n’entend pas les cris, les pleurs de la fermière. Quand il se réveille il est nu et bleu dans la neige, ses vêtements sont entassés dans son baluchon, il est seul, la ferme est éteinte, il s’habille tout en grelottant, mais ne voit à nul endroit son cheval, il ne peut pas partir sans lui. Il marche sans courir car il a mal de partout et se dirige vers l’écurie, il voit trois chevaux mais aucun ne lui rappelle le sien, le fermier a dû le vendre contre les trois autres. Il s »en choisi un , mais n’y connaissant rien il espère avoir pris le plus rapide, il verra bien. Avant de s’en aller il veut savoir ce qui est arrivé à Rose il  lui doit bien ça. Ils se sont bien amusés mais il aurai dû se renseigner et savoir à quels moments le fermier revenait du marché. Quand il pousse la porte de la cuisine il a dû mal à l’ouvrir n’en connaissant pas la cause il pousse un peu plus fort et comprend rapidement ce qui c’est passé. Le fermier a plusieurs bouteilles devant lui il est ivre, à peine le touche-t-il qu’il bascule sur le sol, il s’ouvre la tête au montant  de la table, saigne abondement, Amaury ne s’en occupe pas, il cherche Rose pour l’emmener avec lui, mais hélas il la trouve rapidement. Elle est morte elle a succombé aux coups de son mari. Amaury s’enfui rapidement il ne veut pas être pris comme coupable.

Le cheval est une véritable carne elle n’avance pas vite; elle se traîne, il est fort en colère, le fermier l’a berné sur toute la ligne. Il met plusieurs heures pour arriver au Pont de l’âne où il apprend que sa Jeanne est passée et repartie avec un homme; cette fille s’est jouée de lui, elle avait donnée rendez-vous à un homme, décidément les femmes ne sont pas ce qu’elles devraient être. Il a beau taper à plusieurs portes personne ne sait ce qu’elle est devenue, il y a bien un type, un simplet qui parle de Jeanne avec qui il fait l’amour tous les jours mais quand il lui demande quelques renseignements il se mure dans son silence de simplet, et, il ne peut plus rien en tirer.

Cette nuit il a logé au presbytère car c’est le seul endroit où on lui a ouvert la porte. Le curé le dévisage, que lui veut-il? Il aimerait le savoir mais n’ose lui poser la question. Plus tard il se décide à le lui demander:

Mon père, vous rappellerais-je quelqu »un que vous me regardez si attentivement;

Oui, mais il y a bien longtemps une jeune femme est venue ici , elle avait un trésor à me laisser, depuis je ne l’ai jamais revu.

Elle n’est jamais revenue chercher son trésor.

Le prêtre hésite et lui répond non

Son trésor c’était quoi?

Un bébé !

Un bébé, mais elle vous l’a laissé pour quelle raison?

Elle ne pouvait s’en occuper, et il était né hors mariage.

Quel rapport avec moi?

Votre ressemblance.

Avec cette femme?

Oui!

Qui était-elle ?

Je ne sais pas, et puis c’est si vieux. Je vais me coucher.

Amaury est perplexe qu’a voulu dire le curé, qui était cette femme? Et où est-elle et qu’est devenu le bébé ?

A suivre…

4 réponses à 11/15 Une histoire diabolique

 

eauteur

cooltext167891793251221

La furie de mes mots

 

Ici

mes mots sont en folie 

comme les vagues.

Le temps qui passe
Rejoignez moi dans mon imaginaire